Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 22:54

Bien-aimés, les anciens en fonction parmi vous, je les exhorte, moi qui suis ancien comme eux et témoin des souffrances du Christ, communiant à la gloire qui va se révéler : soyez les pasteurs du troupeau de Dieu qui se trouve chez vous ; veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré, selon Dieu ; non par cupidité mais par dévouement ; non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau. Et, quand se manifestera le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas.

Première lettre de Pierre Apôtre 5,1-4.

 

Ces conseils, s’ils s’appliquent d’abord à ceux qui occupent une charge dans l’Église, n’est pas moins pertinent pour quiconque ayant des personnes sous son autorité. Le dirigeant qui se conduit comme un guide, un pasteur, obtient-il non seulement de meilleurs résultats à long terme de son équipe mais encore les obtient-ils d’une manière éthique, conforme à la volonté de Celui qui lui a conféré l’autorité. Veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré. L’usage de l’autorité, même si elle peut s’avérer nécessaire en certaines circonstances, n’en demeure pas moins l’alternative de dernier recours quand tout a été tenté pour rallier tout le monde, quitte à faire des compromis qui ne compromettront pas toutefois les objectifs à atteindre. Le support de ceux qui exécutent est essentiel au succès d’une démarche. Non par cupidité mais par dévouement. La tâche principale d’un chef consiste à mettre ceux sous sa charge dans des conditions optimales pour s’acquitter de leurs responsabilités. Ceux qui se font servir, non seulement encouragent le ressentiment à leur égard et minent le moral des troupes, mais encore nuisent-ils à la réalisation de ce qu’ils demandent.  Non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau. IL n’y a pas de meilleur moyen que l’exemple de sa propre conduite pour amener les autres à adopter les comportements souhaités.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je considère l’autorité que je détiens comme ecclésiastique, comme parent, comme gestionnaire, comme politicien… comme m’ayant été confiée par Dieu pour le bien-être du plus grand nombre et, au premier chef, de ceux sur lesquels il m’a été confié d’exercer l’autorité. Je m’efforce de m’acquitter de ma responsabilité en conformité avec les enseignements de Jésus et les recommandations de l’apôtre Pierre.

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 06:20

En ce temps-là, Jésus, ainsi que Pierre, Jacques et Jean, descendirent de la montagne ; en rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’en ont pas été capables. » Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. » On le lui amena. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit fit entrer l’enfant en convulsions ; l’enfant tomba et se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance. Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! » Jésus lui déclara : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit. » Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » Jésus vit que la foule s’attroupait ; il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples l’interrogèrent en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. »

Marc 9, 14-29

 

L’acte de foi n’est pas banal surtout dans le monde moderne qui, avec sa science, pousse les secrets de la création dans leurs derniers retranchements. Pour lui, n’existe que ce qui peut se prouver, se toucher. Or Dieu, afin de préserver notre liberté de L’aimer ou non se dérobe à notre regard. Croire c’est avoir une certitude sans preuve irréfutable. D’ailleurs, plus le croyant avance moins Dieu lui laisse d’indices sensibles de sa présence, certains allant jusqu’à se croire temporairement abandonnés de Lui. Comme il n’y a pas de limites à l’Amour, n’y en a-t-il pas à la foi qui en est la condition et qui peut toujours être approfondie d’où le cri du cœur : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! »

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je mets ma confiance dans le Seigneur peu importe les circonstances. S’Il semble s’absenter de mon quotidien, je ne m’en émeus pas mais je m’écrie avec le père de l’enfant à l’esprit muet : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! »

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 13:14

Le Seigneur parla à Moïse et dit : « Parle à toute l’assemblée des fils d’Israël. Tu leur diras : Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur. Mais tu devras réprimander ton compatriote, et tu ne toléreras pas la faute qui est en lui. Tu ne te vengeras pas. Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur. »

Livre du Lévitique 19,1-2.17-18.

 

Le mot sainteté dans la bouche de Dieu est synonyme d’amour. Quand Il dit : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint » c’est la même chose que s’Il disait : Soyez amour, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis Amour  car l’Amour est la nature de Dieu, les autres mots pour le décrire manifestant des expressions de cet Amour notamment Miséricorde et Père.

 

Aussi la sainteté n’est-elle pas une option pour le croyant mais un impératif vers lequel tout son être doit tendre. Le combat à mener pour progresser vers cet objectif ne réside pas dans des mortifications extérieures ni dans des prières qui ne seraient qu’un flux ininterrompu de paroles (Mt 6, 7) s’apparentant plus à un monologue qu’à une conversation avec une Personne, le Vivant (Lc 24, 5). Le principal combat du croyant, pour ne pas dire son unique combat, consiste à s’efforcer d’éradiquer tout ce qui n’est pas Dieu de son cœur, c’est-à-dire le non-amour, au premier chef la haine et la rancune. Ce combat n’est pas l’apanage de guerriers d’élite, ceux dans lesquels l’Église reconnaît officiellement l’action de Dieu, mais à la portée de tous et chacun, à notre portée. À défaut de mener ce combat, notre relation à Dieu s’altérera jusqu’à risquer de perdre Celui que notre cœur cherche, Amour et non-amour ne pouvant cohabiter au sein d’un même cœur.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je pardonne afin d’ouvrir la porte de mon cœur au Seigneur ou, si j’ai déjà entrepris une relation d’amitié avec Lui, pour ne pas risquer de compromettre cette relation et de refermer une porte que je n’aurais, de fait, qu’entrouverte.

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 13:45

En ce temps-là, appelant la foule avec ses disciples, Jésus leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ? Que pourrait-il donner en échange de sa vie ? Celui qui a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. » Et il leur disait : « Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le règne de Dieu venu avec puissance. »

Marc 8, 34-38. 9,1

 

Suivre Jésus, c’est emprunter la voie de l’Amour, un amour si grand qu’il L’a conduit à « donner sa vie pur ses amis » (Jn 15, 13). Un amour qui est désappropriation de nous-mêmes, sortie de nous-mêmes, de nos pensées limitées, à coutre vue, pour voir avec les yeux aimants du Père céleste, dépassement de notre orgueil et de notre égoïsme pour offrir de meilleures opportunités aux autres notamment en leur pardonnant leurs faux-pas. Sauver sa vie c’est d’abord et avant tout sauvegarder l’image que nous aimerions projeter de nous-mêmes, une image de force, d’infaillibilité. Le souci que nous avons de cette image constitue trop souvent le mur qui nous empêche de connaître l’Amour. Lorsque nous nous reconnaissons vulnérables, nous inclinons l’amour de Dieu à se manifester en nous et à travers nous, plutôt que de nous blinder des autres, ceux-ci se sentent alors attirés vers nous. Lorsque nous nous décidons à faire ce pas crucial, nous joignons le groupe de ceux qui perdent leur vie à cause de Jésus et de l’Évangile.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je combats l’égoïsme et l’orgueil en moi. Je m’efforce de passer outre à la tentation de me soucier de ce que les autres pensent de moi. Je garde le focus sur Jésus et son message d’amour, un amour qu’Il me presse de répandre autour de moi.

                                                             

 

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 13:04

En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. » Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. » Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne. Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Marc 8, 27-33

 

Voir les choses comme Dieu les voit. Si ce n’est pas là la finalité de la vie chrétienne qui est l’amour de Dieu et du prochain, elle est le principal fruit de la vie d’oraison, de prières et de fréquentation des sacrements. À une certaine époque, j’avais un patron très diplomate duquel mes collègues de travail disaient : « Nous entrons dans son bureau avec nos idées et, sans que nous nous en rendions compte, nous en ressortons avec les siennes ». Telle devrait être notre relation à Dieu : se laisser pénétrer par son Esprit Saint pour voir notre vie et le monde comme Lui les voit.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je me mets à l’écoute de l’Esprit Saint dans le silence du cœur.

 

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 01:34

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. » Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne commettras pas de meurtre’, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. » Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu ne commettras pas d’adultère.’ Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. Il a été dit également : ‘Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation’. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. » Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.’ Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,17-37

 

Notre condition en cette vie est celle de pèlerins en marche vers les sommets de la perfection de l’amour. Plus nous progressons, plus escarpée devient cette voie. Aussi devons-nous nous départir graduellement de tout bagage susceptible d’entraver notre progression (tout attachement à soi-même et aux biens de ce monde) et prendre appui sur le roc (que sont la parole de Dieu et les sacrements). Nous ne sommes pas seuls sur cette voie. Nous pouvons compter sur le support de ceux qui nous ont précédés (les saints) ainsi que sur l’entraide de nos contemporains. Jamais nous n’atteindrons le sommet de l’amour, la perfection de l’amour qui est Dieu, en cette vie et même devrons-nous compter sur la miséricorde de Dieu pour qu’Il nous attire à Lui et nous fasse parcourir le bout qui nous séparera encore de Lui lorsque nous rendrons notre dernier souffle. Aussi, nous illusions-nous lorsque nous pensons en avoir assez fait, si nous nous contentons d’observer les préceptes de la Loi divine qui ne sont que les exigences minimales de l’amour. D’où l’appel de Jésus : Vous avez appris qu’il a été dit… Eh bien ! moi, je vous dis… d’en faire encore plus, toujours plus.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je puise à la source de l’Amour et je ne mets pas de frein à redistribuer cet amour dont j’ai été comblé justement pour en faire bénéficier les autres, pour rendre présent de façon tangible, l’Amour en ce monde.

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 05:13

Ainsi parle le Seigneur : Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi.

Livre d'Isaïe 58,7-10.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-16.

 

Quand le monde parle de briller, c’est pour signifier épater les autres, se distinguer par quelque qualité ou action d’éclat. Nullement pour Dieu ! Brille pour Lui celui qui se laisse illuminer par la lumière de son Amour et répand cette lumière autour de lui en imprégnant les plus humbles actions d’un très grand amour, d’un amour infini, celui de son Seigneur qui l’en a rendu capable par sa grâce. Comme modèle, nous avons notre mère dans la foi, la Bienheureuse Vierge Marie, la toute petite pour qui et en qui « le Tout-Puissant fit de grandes choses » (Lc 1, 49). La lumière de cet amour manifesté dans l’humble quotidien détonne avec les ténèbres d’un monde dominé par la tentation du chacun pour soi et de la domination, du « au plus fort la poche ».

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je m’oppose au climat de l’égoïsme ambiant, non pas en descendant dans la rue et en manifestant bruyamment mon désaccord, mais plutôt, dans un premier temps, en accueillant l’amour de Dieu par l’oraison et les sacrements pour ensuite en imprégner mes actions les plus humbles. Ainsi ma lumière brillera devant les hommes, plus précisément la lumière de Dieu brillera à travers moi pour ceux qui croiseront ma route et qui, reconnaissant son action en moi et à travers moi, rendront gloire à notre Père qui est aux cieux, à qui seul revient la gloire.

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 06:09

Frères, en toute circonstance, offrons à Dieu, par Jésus, un sacrifice de louange, c’est-à-dire les paroles de nos lèvres qui proclament son nom. N’oubliez pas d’être généreux et de partager. C’est par de tels sacrifices que l’on plaît à Dieu. Faites confiance à ceux qui vous dirigent et soyez-leur soumis ; en effet, ils sont là pour veiller sur vos âmes, ce dont ils auront à rendre compte. Ainsi, ils accompliront leur tâche avec joie, sans avoir à se plaindre, ce qui ne vous serait d’aucun profit. Que le Dieu de la paix, lui qui a fait remonter d’entre les morts, grâce au sang de l’Alliance éternelle, le berger des brebis, le Pasteur par excellence, notre Seigneur Jésus, que ce Dieu vous forme en tout ce qui est bon pour accomplir sa volonté, qu’il réalise en nous ce qui est agréable à ses yeux, par Jésus Christ, à qui appartient la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Lettre aux Hébreux 13,15-17.20-21

 

Que Dieu vous forme en tout ce qui est bon pour accomplir sa volonté. C’est le seul Bon (Lc 18, 19) qui met en nous le désir du bien et qui nous donne la capacité d’accomplir ce bien par les dons de son Esprit Saint. Qu’il réalise en nous ce qui est agréable à ses yeux, par Jésus Christ. Ce sont là les premiers mots de la conclusion des prières eucharistiques, « Par Lui, avec Lui et en Lui… » . Rien d’étonnant à cela car Il a lui-même dit : « Sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jn 15, 5). Pour peu que nous Lui donnions notre assentiment, que nous nous laissions conduire par Lui, « le Bon Berger » (Jn 10, 11), c’est Lui qui agira à travers nous, l’apogée de la vie chrétienne consistant à pouvoir s’écrier à la suite de l’apôtre Paul : « ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20). En sus de son sacrifice sur la croix par lequel Il a payé le prix de nos péchés pour nous donner accès à la vie éternelle, la mission de Jésus sur terre a été de nous faire connaître le Père céleste et sa volonté : « Nul ne connaît le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler » (Mt 11, 27), volonté qu’Il a manifesté non seulement en paroles mais en actes par l’exemple de sa vie que nous devons nous efforcer d’imiter, de reproduire, pour réaliser nous aussi la volonté de notre Père du ciel et aspirer à Le rejoindre au terme de  notre course.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je fais le sacrifice de ma volonté propre pour la remettre à Jésus pour qu’Il agisse en moi et à travers moi. Le mot sacrifice pour décrire l’abandon de sa volonté convient particulièrement bien à notre époque où un tel geste va à l’encontre de l’esprit du monde qui fait de l’autodétermination de soi, sans égard à une Vérité objective se situant hors de soi, la voie à emprunter, celle dont Jésus dit : « Large est la porte et spacieux le chemin qui mène à la perdition, et nombreux ceux qui s'y engagent » (Mt 7, 13).

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 03:55

Frères, que demeure l’amour fraternel ! N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges. Souvenez-vous de ceux qui sont en prison, comme si vous étiez prisonniers avec eux. Souvenez-vous de ceux qui sont maltraités, car vous aussi, vous avez un corps. Que le mariage soit honoré de tous, que l’union conjugale ne soit pas profanée, car les débauchés et les adultères seront jugés par Dieu. Que votre conduite ne soit pas inspirée par l’amour de l’argent : contentez-vous de ce que vous avez, car Dieu lui-même a dit : ‘Jamais je ne te lâcherai, jamais je ne t’abandonnerai.’ C’est pourquoi nous pouvons dire en toute assurance : ‘Le Seigneur est mon secours, je n’ai rien à craindre ! Que pourrait me faire un homme ?’Souvenez-vous de ceux qui vous ont dirigés : ils vous ont annoncé la parole de Dieu. Méditez sur l’aboutissement de la vie qu’ils ont menée, et imitez leur foi. Jésus Christ, hier et aujourd’hui, est le même, il l’est pour l’éternité.

Lettre aux Hébreux 13,1-8.

 

La Parole de Dieu est toujours d’actualité ! Ces recommandations de la conclusion de la lettre aux Hébreux semblent avoir été écrites spécifiquement pour notre époque tant elles sont pertinentes pour ce que nous vivons présentement ! Le problème de notre monde réside dans le désir insatiable de richesse de ceux qui l’habitent. En souffrent non seulement une grande partie de l’humanité qui n’a pas accès au strict nécessaire mais encore l’environnement qui se dégrade à un rythme qui laisse craindre le pire pour l’avenir de notre monde. Le vent de protectionnisme qui souffle sur les nations les mieux nanties vient de ce que la mondialisation a permis une plus grande redistribution de la richesse qui, comme nous vivons dans un système fermé où les ressources sont limitées, a eu pour conséquence l’appauvrissement des pays développés au profit des pays en voie de développement. Certes le processus n’a pas été parfait et certains ont profité de l’occasion pour s’enrichir exagérément mais on ne peut nier que le niveau de vie de nations pauvres comme la Chine et l’Inde ont grandement bénéficié de la libéralisation des échanges commerciaux. Contentez-vous de ce que vous avez. Quelle sage recommandation et, si nous faisons partie des privilégiés de ce temps, pouvons-nous même rajouter « et même moins que ce dont nous avons joui jusqu’à présent » car c’est encore plus que le principe de justice de la destination universelle des biens ne le permet et aussi que ce que notre milieu de vie est en mesure de supporter.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’entreprends une démarche de simplicité volontaire. Je mets un frein à mes appétits qui m’inclinent à posséder et à consommer toujours plus. Je le fais dans un esprit de partage tel que prôné dans la Parole de Dieu, partage qui bénéficiera tant aux plus nécessiteux du moment qu’aux générations futures.

 

Repost 0
Published by navyroc - dans Parole du jour
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 05:32

 

Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes dans le Christ Jésus, lui qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption. Ainsi, comme il est écrit : ‘Celui qui veut être fier, qu’il mette sa fierté dans le Seigneur.’

Première lettre de Paul Apôtre aux Corinthiens 1,26-31.

 

Dieu fait des choix pour le moins étonnants ! Ce qu’il y a de fou dans le monde, ce qu’il y a de faible dans le monde, ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi. Cependant, se retrouver dans une situation désavantageuse aux yeux du monde ne fait pas automatiquement de nous des ambassadeurs de Dieu auprès de ce monde qui L’ignore ou Le rejette. Il y a aussi le choix courageux d’hommes et de femmes qui, conscients de leurs limites, de leur rien, décident de laisser Dieu agir à travers eux car ils se rendent compte que par eux-mêmes ils n’arriveront à rien ou, du moins, à bien peu, infiniment moins en tout cas que s’ils n’abandonnent le gouvernail de leur vie à Celui qui peut tout. Prendre conscience de nos limites de pécheurs, de notre incapacité chronique à aimer comme Dieu l’attend de nous, nous rend éligibles à être choisis par Dieu pour accueillir et répandre son amour sur la terre. Prenons garde, cependant, de succomber à la tentation de nous imputer une part des succès de ce qui est l’œuvre de Dieu à travers nous car nous risquerions de nous perdre et / ou de nous voir livrés à nous-mêmes.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je m’efforce de marcher dans les pas de Jésus et de l’apôtre Paul comme ce dernier nous y incite : « Montrez-vous mes imitateurs, comme je le suis moi-même du Christ »  (1 Co 11, 1)  notamment en reconnaissant mes incapacités, « c’est de mes faiblesses que je me glorifierai » (2 Co 11, 30), « car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » (2 Co 12, 10), fort de la grâce de Dieu qui me choisit et me maintient son élection.

 

Repost 0
Published by navyroc
commenter cet article