Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Ce que tu as caché aux sages et aux intelligents

 

 

Ce que tu as caché aux sages et aux savants

 

À l'heure même, Jésus, exulta de joie sous l'action de l'Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m'a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »

 

Luc 10, 21-22

 

Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point (Blaise Pascal).

 

L’intelligence du cœur n’a rien à voir avec celle de l’esprit. Bien au contraire ! À tout analyser on en vient à oublier à aimer. Cela me rappelle un événement survenu alors que j’étais en visite dans la parenté d’un ami. Nos hôtes nous avaient raconté un tour pendable qu’ils avaient joué à la sœur de celui-ci. L’histoire était tellement drôle que je me souviens avoir eu mal aux côtes étant incapable de m’arrêter de rire. Quand nous sommes repartis, la première chose que mon ami m’a dite en remontant dans la voiture était : « Penses-tu que cette histoire était vraie ? » Il était passé à côté de la magie du moment pour s’être préoccupé de la vérité historique alors que cette dernière n’avait aucune importance. Ainsi en va-t-il de l’amour, celui-ci venant à se dénaturer lorsque nous nous attardons à mesurer ce que nous donnons et ce que nous recevons en retour. « La mesure de l’amour est d’aimer sans mesure » (Augustin d’Hippone), à la mesure dont Dieu nous aime, à savoir infiniment. Se préoccuper de ce que nous donnons et recevons ou pourrions recevoir en retour, c’est passer à côté de la magie du moment. De même, au plan spirituel, la véracité historique des faits rapportés, exception faite de la mort et de la résurrection du Christ sur laquelle se fonde notre foi, est-elle la plupart de temps secondaire, l’essentiel étant la Révélation que Dieu y fait de Lui-même et de sa Volonté.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Est-ce que je m’attache à l’essentiel, « Aime et fais ce que tu veux » (Augustin d’Hippone), ou est-ce que je laisse ma raison se perdre dans les détails ? Est-ce que je vis le moment présent comme les enfants, sans arrière-pensées, ces enfants dont Jésus dit : « le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent » (Mc 10, 14) ? Est-ce que je me sens réellement « enfant de Dieu », attendant tout, espérant tout et reconnaissant tout recevoir de Lui ?

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article