Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Au fond du baril

 

 

Au fond du baril

 

Job prit la parole et dit : Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’ai en partage que le néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis : “Quand pourrai-je me lever ?” Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent faute de fil. Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur.

 

Livre de Job 7,1-4.6-7.

 

Job touche le fond du baril, son espérance en cette vie est réduite à néant. Que fait-il ? Il lève les yeux vers le Seigneur : « Souviens-toi, Seigneur ». Que fait le Seigneur ? Il se tait! Il n’abrège pas la souffrance de son serviteur par une intervention miraculeuse ni en réduisant la durée de ses jours. Il a compassion, nous pouvons avoir la certitude qu’Il souffre avec lui à ses côtés. N’a-t-il pas pris chair pour se faire plus près de nous, n’a-t-il pas Lui-même assumé la souffrance en laissant cette chair se faire crucifier ? Cependant, à la différence de l’incroyant, celui qui a la foi, même s’il désespère de sa situation, sait que ses souffrances ne demeureront pas vaines d’une manière similaire à la passion du Christ qui s’est révélée rédemptrice pour l’humanité toute entière ainsi que l’exprime l’apôtre Paul : « En ce moment je trouve ma joie dans les souffrances que j'endure pour vous, et je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l'Église » (Col 1, 24). Quel mystère ! Celui qui offre ses souffrances, alors que sa vie est en apparence devenue complètement inutile, participe de façon éminente à la passion du Christ et obtient pour ses contemporains des grâces particulières de Dieu.

 

Même s’il demeure silencieux, le Seigneur n’agit pas moins en faveur de son serviteur : parfois il lui donnera la force de supporter avec courage l’épreuve, d’autre fois, il lui donnera la grâce de ne pas ressentir la douleur de la privation de ce qui, hier encore, faisait sa joie, d’autres fois, surviendra éventuellement un revirement de situation inattendu ainsi que l’expérimenta Job : « Et Yahvé restaura la situation de Job, tandis qu'il intercédait pour ses amis; et même Yahvé accrut au double tous les biens de Job. Yahvé bénit la condition dernière de Job plus encore que l'ancienne » (Jb 42, 10.12).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Si je souffre, j’unis mes souffrances à celles du Christ en croix pour les offrir au Père en faveur de mes proches et de l’humanité toute entière. Si je vois souffrir, j’ai compassion, je souffre avec celui qui souffre, je me fais présent à lui et j’intercède pou lui auprès du Dieu qui a assumé notre souffrance sur la croix.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article