Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Les petits chiens mangent bien les miettes

 

 

Les petits chiens mangent bien les miettes

 

En ce temps-là,  Jésus partit et se rendit dans le territoire de Tyr. Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache, mais il ne put rester inaperçu : une femme entendit aussitôt parler de lui ; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur ; elle vint se jeter à ses pieds. Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille. Il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. » Mais elle lui répliqua : « Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! » Alors il lui dit : « À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. » Elle rentra à la maison, et elle trouva l’enfant étendue sur le lit : le démon était sorti d’elle.

 

Marc 7, 24-30

 

Ce qu’il faut d’abord admirer dans ce texte, ce sont l’humilité et la foi de cette syro-phénicienne. Elle reconnaît n’avoir aucun « droit » à la grâce qu’elle sollicite mais n’en demeure pas moins confiante d’obtenir ce qu’elle souhaite. Cet épisode n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui des noces de Cana où Marie ne s’est pas laissée décourager par l’apparent refus de son fils de donner suite à sa requête d’intervenir car on manquait de vin, Marie notre mère et notre modèle en matière d’humilité et de foi.

 

« Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! ». D’une façon plus large, cela nous rappelle qu’il se perd non seulement des miettes mais une quantité considérable de grâces en raison principalement de notre manque de foi (Et il ne fit pas là beaucoup de miracles, à cause de leur manque de foi (Mt 13, 58)), du détachement des choses mondaines requis pour les obtenir auquel nous nous refusons (Mais lui, à ces mots, s'assombrit et il s'en alla contristé, car il avait de grands biens (Mc 10, 22) ou encore, plus simplement, en raison de notre indifférence (Tout est prêt : venez au repas de noce. 'Mais ils n'en tinrent aucun compte et s'en allèrent, l'un à son champ, l'autre à son commerce (Mt 22, 4-5)).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je m’adresse au Seigneur avec confiance et humilité. J’accueille avec joie les grâces dont il voudra bien me gratifier. Si nécessaire, je consens au détachement attendu de moi pour les obtenir. Comme cette dame, je reconnais n’avoir aucun mérite me prédisposant à obtenir les grâces de Dieu mais je sollicite celles que les autres ont laissé échapper afin qu’elles ne se perdent pas. Je n’oublie pas de remercier le Seigneur de ses bienfaits et, surtout, j’en fait bénéficier les plus grand nombre, me disposant ainsi à recevoir davantage. C’est ainsi qu’à tout homme qui a, l'on donnera et il aura du surplus (Mt 25, 29).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article