Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Émondés pour porter davantage de fruits

 

 

Émondés pour porter davantage de fruits

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples.

 

Jean 15, 1-8

 

 

Dieu soumet les juste à l’épreuve afin d’extraire en eux ce qui est mondain et qu’ainsi purifiés, ils portent davantage du fruit de l’amour. Ainsi justes et injustes sont pareillement soumis à l’épreuve de sorte qu’il n’y a pas d’avantage apparent à croire en Dieu. Considérable, cependant, est la différence au plan de l’intériorité. Alors que la souffrance des seconds est stérile et les pousse à maudire Dieu et la vie pour leurs revers de fortune, les croyants souffrent patiemment, sans maugréer, sachant que le Père ne laissera pas sans effet le mal qu’ils ont à subir, surtout s’ils l’offrent en communion avec les souffrances du Fils sur la croix pour le bénéfice du plus grand nombre. Non seulement portent-ils alors du fruit en attirant sur les autres une quantité considérable de grâces mais encore Dieu ouvre-t-Il encore davantage leur cœur, le rendant apte à aimer plus et mieux, le disposant à paraître éventuellement devant Lui et à se tenir en sa compagnie pour l’éternité.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Quelle est ma réaction devant l’épreuve ? Est-ce que je songe à offrir mes souffrances en communion avec celles de Jésus crucifié, demeurant ainsi en Lui, comme Il me le demande, pour le bénéfice de la multitude, multipliant les grâces comme Il a jadis multipliés les pains ?

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article