Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?

 

 

Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?

 

En ce temps-là, Jésus venait de dire à Pierre : « Suis-moi. » S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. C’est lui qui, pendant le repas, s’était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire : « Seigneur, quel est celui qui va te livrer ? »Pierre, voyant donc ce disciple, dit à Jésus : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? » Jésus lui répond : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. » Le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait pas, mais : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d’autres choses que Jésus a faites ; et s’il fallait écrire chacune d’elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l’on écrirait.

 

Jean 21, 20-25

 

 

Notre relation à Dieu est une histoire d’amour. Chaque histoire d’amour est unique car unique est la situation de chacun et sa personnalité. L’amour respecte la différence, l’altérité. Le modèle se trouve en Dieu qui est Amour, UN et trine, unité de nature, unité de Volonté, mais en même temps diversité de Personnes, et de rôles, intimement liées par l’amour. Non seulement l’amour respecte-t-il la différence mais également la liberté. Deux personnes seraient-elles identiques, elles ne seraient pas nécessairement prêtes à passer par les mêmes chemins. L’Amour respecte cela aussi.

 

Que t’importe ? Toi suis-moi. Ce que Dieu attend des autres et ce qu’ils sont prêts à Lui consentir en retour ne doit pas nous préoccuper autrement que de les aider à discerner, s’ils font appel à notre aide, les attentes de Dieu à leur égard et de les supporter dans la voie qu’ils auront librement choisie de rendre amour pour amour. Vouloir « forcer » les autres dans le même chemin que nous c’est leur nier une liberté que nous réclamons bien souvent pour nous-mêmes, une liberté dont Dieu nous laisse jouir. Pire encore est-ce si nous voulons les engager dans une voie de laquelle nous nous dérobons nous-mêmes : « Ils lient de pesants fardeaux et les imposent aux épaules des gens, mais eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt » (Mt 23, 4). Quand John Fitzgerald Kennedy disait : « ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays », il parlait d’amour, d’amour de la Patrie. Tel doit être notre amour de Dieu.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je m’efforce de discerner la Volonté de Dieu sur moi et d’y répondre généreusement en fonction de mes aptitudes et de mes intérêts en n’oubliant pas que ce qu’Il attend principalement de moi c’est l’amour et que, quoi que je fasse, l’important est que je le fasse par amour de Lui et du prochain. 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article