Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

La tentation du doute

 

La tentation du doute

 

Jésus avait nourri la foule dans le désert. Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth. Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades. Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.

 

Matthieu 14, 22-36

 

 

Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, il commença à enfoncer. Il nous arrive de rencontrer Jésus dans une expérience spirituelle forte. Ragaillardis par ce moment de grâce, plus attentifs à la voix intérieure qui nous interpelle à avancer vers Lui, à accomplir la volonté du Père sur nous, nous faisons fi des obstacles et nous nous mettons hardiment en route. Tôt ou tard, les obstacles finissent par attirer notre attention et la détourner, du moins partiellement, de Celui de qui nous tirons force et courage. Et là, comme Pierre, nous commençons à nous enfoncer dans le doute… Cependant, tout n’est pas perdu, si comme lui nous crions : « Seigneur, sauve-moi ! », ou comme le père de l’enfant qui avait un esprit muet : « Viens au secours de mon manque de foi! »  (Mc 9, 24). Nous pouvons être assurés que notre Père des cieux ne demeurera pas indifférent à notre détresse et revigorera de quelque façon notre foi défaillante pour que nous puissions continuer à cheminer vers Lui. La foi est le bien le plus précieux du croyant, l’apôtre rapporte même que ceux qui s’approchaient de Jésus avec foi et venaient seulement à toucher la fange de son manteau étaient sauvés.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

                     

Quand le doute m’assaille, je crie vers Dieu ma détresse : « Seigneur, sauve-moi ! », « Viens au secours de mon manque de foi! ».

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article