Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

La tentation du retour en arrière

 

 

La tentation du retour en arrière

 

En ces jours-là, dans le désert, les fils d’Israël se remirent à pleurer : « Ah ! qui donc nous donnera de la viande à manger ? Nous nous rappelons encore le poisson que nous mangions pour rien en Égypte, et les concombres, les melons, les poireaux, les oignons et l’ail ! Maintenant notre gorge est desséchée ; nous ne voyons jamais rien que de la manne ! » La manne était comme des grains de coriandre, elle ressemblait à de l’ambre jaune. Le peuple se dispersait pour la recueillir ; puis on la broyait sous la meule, ou on l’écrasait au pilon ; enfin on la cuisait dans la marmite et on en faisait des galettes. Elle avait le goût d’une friandise à l’huile. Lorsque, pendant la nuit, la rosée descendait sur le camp, la manne descendait sur elle. Moïse entendit pleurer le peuple, groupé par clans, chacun à l’entrée de sa tente. Le Seigneur s’enflamma d’une grande colère. Cela déplut à Moïse, et il dit au Seigneur : « Pourquoi traiter si mal ton serviteur ? Pourquoi n’ai-je pas trouvé grâce à tes yeux que tu m’aies imposé le fardeau de tout ce peuple ? Est-ce moi qui ai conçu tout ce peuple, est-ce moi qui l’ai enfanté, pour que tu me dises : “Comme on porte un nourrisson, porte ce peuple dans tes bras jusqu’au pays que j’ai juré de donner à tes pères” ? Où puis-je trouver de la viande pour en donner à tout ce peuple, quand ils viennent pleurer près de moi en disant : “Donne-nous de la viande à manger” ? Je ne puis, à moi seul, porter tout ce peuple : c’est trop lourd pour moi. Si c’est ainsi que tu me traites, tue-moi donc ; oui, tue-moi, si j’ai trouvé grâce à tes yeux. Que je ne voie pas mon malheur ! »

 

Livre des Nombres 11, 4-15

 

 

L’exode du peuple juif symbolise la vie spirituelle et les difficultés que nous trouverons sur notre route vers la terre promise, la vie éternelle. L’itinéraire à parcourir ressemble à une montagne à gravir où nous devons voyager sans cesse plus léger afin de pouvoir atteindre le sommet de l’amour, « donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13). Afin de nous soutenir dans notre démarche le Seigneur nous offre le pain de vie, l’Eucharistie, et nous assiste par l’entremise des dons de son Esprit Saint. Cependant, si grandes que soient les grâces reçues, un danger nous guette constamment : la nostalgie du passé. Nous oublions facilement les aléas de l’asservissement auquel l’attachement aux choses matérielles nous soumettait pour nous remémorer uniquement les plaisirs que nous en retirions, et qui nous font maintenant défaut. Et là, nous devons lutter contre le chant des sirènes de nos passions passées… c’est le combat spirituel.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

                     

Si je me suis décidé pour Dieu, si j’ai osé m’engager sur le chemin d’amour qu’Il me propose de parcourir, j’évite de regarder en arrière afin de ne pas me laisser distraire de mon objectif par les attraits du passé. Je ne néglige pas les aides mises à ma disposition par le Seigneur pour me soutenir dans ma démarche : le pain eucharistique et les dons de l’Esprit Saint.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article