Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Heureux les défavorisés en ce monde

 

 

Heureux les défavorisés en ce monde

 

En ce temps-là, Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :

« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous.

Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés.

Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.

Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.

 

Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation !

Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim !

Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez !

Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes.

 

Luc 6, 20-26

 

 

Le Christ, tout Fils qu'il était, apprit, de ce qu'il souffrit, l'obéissance (Hé 5, 8).

 

La pauvreté, la faim, les pleurs, la haine et l’exclusion du monde en raison de la fidélité à Dieu, ce qui constitue des vents contraires en ce  monde, voilà que Jésus nous déclare que, loin de nous en affliger, nous devons nous en réjouir car ce sont autant d’opportunités d’avancer dans la voie de l’amour et donc du salut éternel. Que l’on ne s’y trompe pas, la souffrance n’ouvre pas automatiquement les portes de ce salut, encore faut-il la vivre avec amour. La première condition pour se faire est de ne pas laisser la souffrance altérer notre humeur, ne pas la faire « payer » aux autres par notre mauvaise humeur. La seconde est d’accepter toute aide ou compassion, toute manifestation d’amour à notre égard, de les accepter au nom du Dieu qui interpelle le monde à la solidarité et à l’amour à travers la souffrance humaine. Ainsi, le souffrant devient-il instrument de Dieu dans son plan d’amour pour l’humanité.

 

Inversement, celui que le monde favorise a-t-il tendance à l’autosuffisance, à oublier Dieu et les autres, à se fermer à l’amour et à sa gratuité et, conséquemment, à s’exclure de la vie d’amour à laquelle Dieu nous appelle tous pour l’éternité.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?  (Lc 10, 25)

 

Je reconnais ma dépendance de Dieu et des autres. J’accueille l’amour de Dieu et des autres. Je rends amour pour amour. Je donne généreusement sans espoir de retour. Si je souffre, je m’efforce de demeurer dans la joie pour ne pas faire payer ma souffrance à mon entourage par ma mauvaise humeur.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article