Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu

 

                                                                                                  

La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu

 

J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps. Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ? Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.

 

Lettre de Paul aux Romains 8, 18-25

 

 

L’actualité sans cesse renouvelée de la Parole de Dieu m’émerveille toujours. Ce passage de la lettre de l’apôtre Paul aux Romains paraît même davantage d’actualité qu’au moment où il a été écrit et peut conséquemment être qualifié de prophétique. La création tout entière gémit, elle souffre d’une surexploitation de l’homme afin de satisfaire des désirs qui découlent davantage de l’orgueil (qui la soumet au pouvoir du néant, de l’Ennemi de Dieu qui souhaite la destruction de l’œuvre du Créateur) que des besoins essentiels. Bien que l’on trouve encore des gens qui nient l’évidence, la très vaste majorité constate et s’inquiète de la dégradation de l’état de « notre maison commune » comme le pape François qualifie la terre dans son encyclique Laudato Si. Dans cette lettre, François note avec beaucoup de pertinence que la dégradation de l’environnement comme la dégradation humaine et éthique sont intimement liées (56). La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu, ces disciples de l’Amour qui se préoccupent davantage des autres, y incluant les générations futures, que de leurs « besoins » propres immédiats. Nous ne pouvons qu’espérer que, confrontés à l’urgence d’agir pour freiner la cadence de dégradation actuelle et des catastrophes susceptibles d’en résulter que nous pouvons anticiper, les hommes se feront davantage solidaires les uns des autres et que des souffrances du temps présent se révèle une gloire sans commune mesure, celle de la civilisation de l’amour.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je fais ma part pour la préservation de la maison commune. Je recycle, certes, mais mieux encore, je réduis ma consommation par solidarité avec les moins nantis qui sont les premiers à souffrir de la dégradation de l’environnement ainsi que des générations futures. Ce faisant, je manifeste l’amour que Dieu attend de moi et je préserve sa Création de la dégradation.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article