Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

On ne s'attribue pas cet honneur, on est appelé par Dieu

On ne s’attribue pas cet honneur, on est appelé par Dieu

Tout grand prêtre est pris parmi les hommes ; il est établi pour intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu ; il doit offrir des dons et des sacrifices pour les péchés. Il est capable de compréhension envers ceux qui commettent des fautes par ignorance ou par égarement, car il est, lui aussi, rempli de faiblesse ; et, à cause de cette faiblesse, il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés comme pour ceux du peuple. On ne s’attribue pas cet honneur à soi-même, on est appelé par Dieu, comme Aaron. Il en est bien ainsi pour le Christ : il ne s’est pas donné à lui-même la gloire de devenir grand prêtre ; il l’a reçue de Dieu, qui lui a dit : Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré, car il lui dit aussi dans un autre psaume : Tu es prêtre de l’ordre de Melkisédek pour l’éternité.

Lettre aux Hébreux 5, 1-6

La Vie consacrée est un don de Dieu le Père à son Église par l'Esprit. Grâce à la profession des conseils évangéliques, les traits caractéristiques de Jésus — chaste, pauvre et obéissant — deviennent « visibles » au milieu du monde de manière exemplaire et permanente (Vita consecrata 1). Dieu est Amour (1 Jn 4, 8). Conséquemment, la vie consacrée manifeste, rend visible, l’Amour dans le monde. Pour aimer, il faut avoir expérimenté soi-même la joie d’être aimé. Cela est particulièrement vrai de ceux qui sont pressentis pour manifester l’Amour de Dieu dans le monde par le don total et gratuit d’eux-mêmes. La façon usuelle d’expérimenter l’amour se trouve dans les familles. La crise des vocations que vivent certaines régions du monde trouve sa source dans le manque d’amour au sein des familles. Si la vie consacrée est un appel de Dieu, un terreau familial aimant rend « attentives » les oreilles de ceux auxquels Dieu destine cet appel.

Comment reconnaît-on l’appel de Dieu ? Ceux et celles qui sont appelés ressentent une grande soif du salut des âmes, la soif de Jésus crucifié, un ardent désir de partager l’Amour qui les anime. La vie religieuse, particulièrement la prêtrise, n’est pas une profession comme les autres. On ne s’y dirige pas pour satisfaire un goût, un désir, personnel mais au contraire répondre à un appel à se donner totalement pour le salut des autres. Beaucoup peuvent ressentir le « besoin » de se donner aux autres, mais « brûler » du désir du salut des âmes est expérimenté par le petit nombre des appelés de Dieu à la suite de Jésus : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli ! » (Lc 12, 49-50).

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

Si je vis dans le monde, j’y manifeste l’amour de Dieu, notamment au sein de ma famille. Également, je prie le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson (Mt 9, 38). Suis-je dans la période des choix de vie que je demeure ouvert et attentif à un éventuel appel de Dieu et, le cas échéant, j’y réponds généreusement par le don total de moi-même.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article