Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Joseph, son époux, était un homme juste

 

 

Joseph, son époux, était un homme juste

 

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous » Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse,  

 

Matthieu 1, 18-24

 

En quoi se manifeste la justesse et/ou la justice de Joseph ? Joseph est tiraillé entre la charité, l’amour de Marie, et le respect des préceptes de la Loi qui exigeaient de lui de dénoncer publiquement l’infidélité apparente de Marie. Entre ces deux considérations apparemment irréconciliables, il trouve une troisième voie qui respecte à la fois la charité envers le prochain en ne ternissant pas la réputation de Marie et, d’autre part, l’esprit de la Loi qui l’empêchait de s’unir à une femme infidèle. Aussi, se résolut-il à la renvoyer en secret.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je cherche à devenir un homme juste à l’image de Joseph, père nourricier de Jésus et je donne préséance à la charité en toute décision que je dois prendre. Si c’est l’amour qui guide et motive mon agir, je ne puis me tromper ni dans ce que je fais ni dans la manière de l’accomplir. C’est ce que Jésus enseignera plus tard au sujet de la correction fraternelle : « Si ton frère vient à pécher, va le trouver et fais-lui tes reproches seul à seul. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. S'il ne t'écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes pour que toute affaire soit décidée sur la parole de deux ou trois témoins… » (Mt 18, 15-18). La charité élémentaire exige de nous que nous ne rendions pas publics les manquements d’autrui mais que nous essayions de régler la chose en privé.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article