Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons

 

 

Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons

 

Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous. Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier.

 

Première lettre de Jean 1, 5-10; 2, 1-2

 

Le chemin du salut éternel commence par la reconnaissance de notre nature pécheresse et du besoin que nous avons de recourir à la divine Miséricorde pour espérer avoir part à la vie éternelle. De plus, ceux qui se savent « miséricordiés », bénéficiaires de l’infinie miséricorde de Dieu, sont plus enclins à faire eux-mêmes preuve, par réciprocité, de miséricorde envers leurs frère et sœurs et de laisser ainsi transparaître l’amour de Dieu à travers eux, à être en communion les uns avec les autres, condition incontournable pour avoir part au salut éternel.

 

 Nier le péché, nier notre péché, revendiquer le droit de déterminer ce qui est bien ou mal sans égard aux préceptes divins révélés par les Écritures, c’est vouloir nous faire les égaux de Dieu, tomber dans le piège du péché des origines de nos premiers parents.

 

Reconnaître nos péchés nous abaisse dans un premier temps pour être ensuite relevés par  Jésus Christ, le Juste qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je reconnais l’autorité des préceptes divins exprimés dans les Saintes Écriture. Je me reconnais pécheur et j’examine constamment ce qui, dans ma conduite, est contraire à l’amour de Dieu et du prochain. Lorsque l’opportunité se présente, je fréquente le sacrement de Réconciliation pour rétablir ma capacité à aimer comme Dieu l’attend de moi. Je me montre la même miséricorde aux autres que celle que je reçois de Dieu.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article