Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Convertissez-vous et croyez en l'Évangile

 

Convertissez-vous et croyez en l’Évangile

 

Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs. Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets. Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite.

 

Marc 1, 14-20

 

Le livre Vocabulaire de théologie biblique, Éditions du Cerf donne la définition suivante du mot Évangile :

 

Pour nous, l’évangile désigne soit l’écrit qui raconte la vie de Jésus, soit le passage qui en est lu à chaque messe. En grec profane, évangile signifiait « bonne nouvelle », particulièrement annonce de victoire… C’est sans doute à l’AT que le verbe « évangéliser » a été emprunté par le langage chrétien, avec le sens particulier qu’il possédait déjà : annoncer le salut.

 

Nous pouvons donc dire que l’Évangile est la bonne nouvelle du salut, un salut ouvert à tous et obtenu par la victoire de Jésus sur la mort dans le mystère pascal. Croire en l’Évangile c’est croire en l’Amour indéfectible de Dieu pour nous, que Dieu veut notre bonheur maintenant et pour l’éternité et que pour y goûter nous devons nous laisser transformer par Lui, nous convertir étant trop souvent au-delà de nos capacités.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’accepte tout comme provenant de Dieu pour mon plus grand bien. N’arrivant point à me convertir en raison de la faiblesse de ma nature, j’accueille avec joie les événements qui contribuent à faire de moi une meilleure personne, une personne plus agréable à Dieu. Ces événements m’amènent à me détacher de moi-même, des biens et plaisirs de ce monde pour m’attacher à Dieu seul. Ainsi quand le diabète frappe, c’est une incroyable opportunité de s’affranchir du péché de gourmandise, du désir immodéré de jouir des plaisirs de la table. Cela ne se fait pas sans douleur, mais c’est le prix à payer pour changer pour le mieux, pour se laisser convertir par le Père céleste qui veut mon bonheur.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article