Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus.

 

 

« Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. »

 

En ce temps-là, comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus, debout, menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »


Matthieu 8, 23-27

 

 

Il est plutôt étrange après avoir entendu de la bouche de Jésus que « le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête » (Mt 8, 20) de le voir qui dort dans la barque. La barque symbolise l’Église en laquelle nous nous regroupons à la suite des disciples pour suivre Jésus. Cette Église navigue dans la mer du monde, un monde qui s’agite car il ne connaît pas Dieu ou, pire, il Le rejette. À divers moments au cours de son histoire, cette barque a pris l’eau lorsqu’elle s’est laissé influencer par l’esprit du monde. Le Seigneur semble alors dormir, être absent. Plutôt que de nous inquiéter et / ou de quitter la barque, nous devons Lui lancer un cri du cœur : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. ».

 

À nous aussi le Seigneur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » N’a-t-il pas Lui-même garanti à Pierre que « la puissance de la mort n’aura pas de force contre elle » (Mt 16, 18) ?  

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Quand cela va mal pour l’Église ou dans la barque de ma propre vie je n’hésite pas à crier ma détresse au Seigneur : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. », cri du cœur auquel Il ne saurait demeurer insensible, Lui qui est Père.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article