Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Il fut saisi de compassion envers eux

 

 

Il fut saisi de compassion envers eux

 

En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les moi. » Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

           
Matthieu 14, 13-21

 

 

Dieu, même s’il nous dépasse infiniment, n’est pas indifférent à notre sort. Il est Père. Il a compassion envers nous, Il est miséricordieux. Cette miséricorde se manifeste de multiples manières dont la plus importante est le pardon de nos manquements à l’amour, pardon sans lequel nous ne pourrions espérer un jour nous tenir en sa Présence.

 

 Donnez-leur vous-mêmes à manger. Cette miséricorde s’exprime de manière usuelle à travers nous, simples mortels en manque de moyens face à des besoins qui dépassent largement notre capacité à les combler : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Si insignifiante que soit notre collaboration, Dieu la requiert, la recherche. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction. Avant de passer à l’action, Jésus tourne son regard vers son Père pour ne laisser planer aucun doute quant à la source de la bonté sur le point de se manifester. À plus forte raison, nous qui ne sommes qu’enfants adoptifs de ce Père, devons-nous tourner notre regard vers Lui avant d’agir afin qu’Il bénisse nos œuvres et se révèle à travers elles, leur donnant une portée qui dépasse largement les limites de notre apport réel. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je ne prends pas pour prétexte de ne pas agir l’insignifiance de mes moyens face à des besoins qui me dépassent. Je prie mon Père de bénir le peu de ma contribution afin de lui faire porter les fruits qu’Il espère d’elle. Je m’adresse à Lui avec confiance, la confiance de l’enfant qui sait que son Père se laissera toucher par ses efforts et fera la plus grande part du travail, pour ne pas dire la quasi-totalité de celui-ci.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article