Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi

 

 

Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi

 

En ce temps-là, quelques-uns des scribes et des pharisiens lui adressèrent la parole : « Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi. » Il leur répondit : « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre trois jours et trois nuits. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. »

                                                      
Matthieu 12, 38-42

 

 

Nous nous retrouvons ici dans la situation inverse de celle où le roi Akhaz a refusé de demander un signe au Seigneur en dépit que ce dernier l’ait pourtant incité à le faire : « Akhaz répondit: " Je n'en demanderai pas et je ne mettrai pas le Seigneur à l'épreuve. " Il dit alors: Écoutez donc, maison de David! Est-ce trop peu pour vous de fatiguer les hommes, que vous fatiguiez aussi mon Dieu ? Aussi bien le Seigneur vous donnera-t-il lui-même un signe: Voici que la jeune femme est enceinte et enfante un fils et elle lui donnera le nom d'Emmanuel »  (Is 7, 12-14). En raison de sa foi, il se fait promettre le plus grand signe qui soit, l’Emmanuel, « Dieu avec-nous »  (Mt 1, 23), Dieu fait homme, Jésus, le Christ. Quant à ceux qui, dans leur incroyance, demandent un signe, le Seigneur promet ce que nous pourrions qualifier de « contre-signe » : la mort de la chair épousée par le Fils de l’homme, une mort dans laquelle un centurion, pourtant païen, reconnaîtra : « Vraiment cet homme était fils de Dieu! » (Mt 15, 39). Quant à l’autorité religieuse qui se refuse à croire en Jésus et demande un signe, elle persévérera dans son incroyance, même lorsque surviendra le signe de la résurrection, mettant tout en œuvre pour étouffer l’affaire : « ils donnèrent aux soldats une forte somme d'argent, avec cette consigne: "Vous direz ceci: Ses disciples sont venus de nuit et l'ont dérobé tandis que nous dormions. » (Mt 28, 12-13).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je ne demande pas de signe au Seigneur car il y a de bonnes chances que mon incrédulité me pousse à trouver des excuses pour ne pas reconnaître le signe donné, ce qui ne ferait qu’accroître ma responsabilité. J’imite plutôt les apôtres et demande dans ma prière : « Seigneur, augmente notre foi » (Lc 17, 5) ou encore le père du fils à l’esprit muet : « Je crois ! Viens au secours de mon incroyance » (Mc 9, 24). 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article