Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Seul importe celui qui donne la croissance : Dieu

 

 

Seul importe celui qui donne la croissance : Dieu

 

Frères, quand je me suis adressé à vous, je n’ai pas pu vous parler comme à des spirituels, mais comme à des êtres seulement charnels, comme à des petits enfants dans le Christ. C’est du lait que je vous ai donné, et non de la nourriture solide ; vous n’auriez pas pu en manger, et encore maintenant vous ne le pouvez pas, car vous êtes encore des êtres charnels. Puisqu’il y a entre vous des jalousies et des rivalités, n’êtes-vous pas toujours des êtres charnels, et n’avez-vous pas une conduite tout humaine ? Quand l’un de vous dit : « Moi, j’appartiens à Paul », et un autre : « Moi, j’appartiens à Apollos », n’est-ce pas une façon d’agir tout humaine ? Mais qui donc est Apollos ? qui est Paul ? Des serviteurs par qui vous êtes devenus croyants, et qui ont agi selon les dons du Seigneur à chacun d’eux. Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais c’est Dieu qui donnait la croissance. Donc celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose ; seul importe celui qui donne la croissance : Dieu. Celui qui plante et celui qui arrose ne font qu’un, mais chacun recevra son propre salaire suivant la peine qu’il se sera donnée. Nous sommes des collaborateurs de Dieu, et vous êtes un champ que Dieu cultive, une maison que Dieu construit.

 

Première lettre de Paul Apôtre aux Corinthiens 3, 1-9

 

 

Nous sommes des collaborateurs de Dieu, ses serviteurs, des outils entre ses mains. Le marteau et le ciseau à bois n’ont pas à s’enorgueillir de l’œuvre du sculpteur car c’est de l’ingéniosité de ce dernier qu’est issue l’œuvre. Il en va de même pour nous qui travaillons au champ que Dieu cultive.

 

Celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose ; seul importe celui qui donne la croissance : Dieu. Nous avons des rôles différents mais complémentaires dans l’œuvre du salut. Nous n’avons pas à nier les dons qui sont nôtres, ce qui reviendrait à nier l’action de Dieu en nous. Du même souffle, nous devons en rendre toute la gloire à Celui qui nous les a confiés pour le bien du plus grand nombre.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je reconnais l’action de Dieu en ses serviteurs et en moi-même, je m’en réjouis et je Lui en rends toute la gloire. Je prends garde de ne pas attirer l’attention sur moi-même au détriment de Dieu ni, inversement, de m’attacher aux messagers du Seigneur plutôt qu’à Celui dont ils se font les porte-parole.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article