Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Est-il permis le jour du sabbat de faire le bien… ?

 

 

Est-il permis le jour du sabbat de faire le bien… ?

 

Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout. Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus.

 

Luc 6. 6-11.

 

 

Le sabbat a été fait pour l’homme (Mc 2 ,27) et l’homme a été fait pour Dieu. Un jour a été donné à l’homme, le septième jour, où Dieu conclut l’ouvrage qu’il avait fait en se reposant (Gn 2, 2). Où donc l’homme peut-il mieux se reposer qu’en Dieu d’où il tire son origine et qui est la fin de sa quête ? Ce repos n’est pas l’absence totale d’activité contrairement à l’interprétation qu’en avaient donnée ceux qui avaient étudié les Écritures au fil des siècles, mais un jour pour diriger toute notre attention et notre amour vers le Seigneur et nos frères et sœurs en lesquels Il est présent. En guérissant l’homme à la main desséchée, Jésus ouvre les portes du salut à cet infortuné en lui faisant connaître l’amour du Père qui se laisse toucher par les besoins de ses enfants mais, du coup, se trouve à contredire, du moins en partie, l’enseignement de ceux qui revendiquaient la connaissance de Dieu et qui furent remplis de fureur plutôt que de se réjouir que le salut soit arrivé pour cet homme en ce jour dont c’est justement le but.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je ne me fige pas dans l’interprétation de ce que j’entrevois être la volonté de Dieu. Je demeure ouvert à ce qu’Il voudra bien me découvrir de Lui-même par son Esprit Saint, les autres et les événements en me rappelant que la finalité de son action et de sa Parole sont le salut du plus grand nombre. 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article