Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Mène le bon combat, celui de la foi !

 

 

Mène le bon combat, celui de la foi !

 

Toi, homme de Dieu, recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! C’est à elle que tu as été appelé, c’est pour elle que tu as prononcé ta belle profession de foi devant de nombreux témoins. Et maintenant, en présence de Dieu qui donne vie à tous les êtres, et en présence du Christ Jésus qui a témoigné devant Ponce Pilate par une belle affirmation, voici ce que je t’ordonne : garde le commandement du Seigneur, en demeurant sans tache, irréprochable jusqu’à la Manifestation de notre Seigneur Jésus Christ. Celui qui le fera paraître aux temps fixés, c’est Dieu, Souverain unique et bienheureux, Roi des rois et Seigneur des seigneurs ; lui seul possède l’immortalité, habite une lumière inaccessible ; aucun homme ne l’a jamais vu, et nul ne peut le voir. À lui, honneur et puissance éternelle. Amen.

 

Première lettre de Paul à Timothée 6, 1-16

 

 

En quoi la foi représente-t-elle un combat ? Une première difficulté consiste certes à reconnaître l’existence de Dieu, mieux, un Dieu qui est Amour donc bon. Le problème, à ce niveau, pour plusieurs, réside dans l’existence du mal, de ce que Dieu laisse croître dans son champ qui est ce monde à la fois l’ivraie et le bon grain. Disons simplement qu’étant Amour, Dieu désire notre amour, un amour qui ne saurait exister sans l’existence de liberté, ce qui implique la possibilité de faire des choix et qu’il n’y a de choix possible sans la présence d’un objet et ce qui lui fait opposition. Quand le mal nous frappe personnellement, aveuglément, sans responsabilité de notre part comme Job, cela éprouve notre foi, défait aussi de fausses images que nous nous étions faites de Lui. Mais là n’est pas le plus grand combat ! Autre chose est-ce d’incarner notre foi, de traduire en gestes concrets cette foi en un Dieu qui est Amour, d’activer en nous l’image que nous portons de ce Dieu et de L’aimer ainsi que le prochain en lequel Il est également présent. L’apôtre Jacques ira même jusqu’à dire que si la foi n’a pas les œuvres, elle est tout à fait morte (Jc 2, 17). Là se situe le principal combat entre deux amours qu’a identifiés Augustin d’Hippone : Amour de Dieu (et du prochain) jusqu’au mépris de soi et l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu (et du prochain).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je ne me contente pas de confesser des lèvres l’existence d’un Dieu qui est Amour mais me sachant aimé de Lui, comblé de son Amour, je m’efforce d’être le plus transparent possible de cet Amour  et de manifester concrètement cette Présence à ceux qui croisent ma route. Je mène ainsi le bon combat, celui de la foi, je rends amour pour Amour, en luttant contre les tendances égoïstes de la chair qui m’inclinent à garder pour moi ce qui m’a été confié pour le bénéfice du plus grand nombre.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article