Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

En lui, par son sang, nous avons la rédemption

 

 

En lui, par son sang, nous avons la rédemption

 

Paul, Apôtre du Christ Jésus par la volonté de Dieu, à ceux qui sont sanctifiés et habitent Éphèse, eux qui croient au Christ Jésus. À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ. Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ. Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulu sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé. En lui, par son sang, nous avons la rédemption, le pardon de nos fautes. C’est la richesse de la grâce que Dieu a fait déborder jusqu’à nous en toute sagesse et intelligence. Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ : pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre.

 

Lettre de Paul Apôtre aux Éphésiens 1, 1-10

 

 

Le livre Vocabulaire de théologie biblique (Cerf 1977) introduit la notion de rédemption comme suit :

La notion de « rédemption » en vertu de laquelle Dieu « libère » ou « rachète » son peuple et celle, très voisine, d’ « acquisition » en vertu de laquelle il l’ « achète », sont étroitement rattachées dans la Bible à l’idée de « salut » : elles désignent le moyen privilégié choisi par Dieu pour sauver Israël en le libérant de la servitude égyptienne (Ex 12, 27; 14, 13; cf Is 63,9) et en le constituant son « peuple particulier » (Ex 19, 5; Dt 26, 18)… Jésus est « Sauveur » en tant qu’il nous « rachète de toute iniquité » et « purifie un peuple lui appartenant en propre ». Ainsi apparaît la continuité du dessein salvifique…

 

L’amour étant don de soi a un coût : celui de Dieu a pour coût le sang de son Fils sur la croix par laquelle il ouvre les portes du salut à tous les hommes et à chaque homme pour peu que nous acceptions le don qui nous est offert et sa gratuité. Pour recevoir ce don, il nous faut nous reconnaître pécheurs, nier le péché en nous constituant de facto un refus de la nécessité de la rédemption procurée par le sacrifice du Christ. Une autre façon de récuser la rédemption offerte consiste à penser nous procurer le salut par nos œuvres, par notre propre mérite.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je médite sur le mystère de la Rédemption, sa nécessité pour accéder au salut éternel, les moyens à mettre en œuvre pour accueillir la grâce offerte, notamment la reconnaissance de mon état de pécheur à travers la fréquentation assidue au sacrement de Réconciliation.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article