Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Pourquoi affirmes-tu : « Mon chemin est caché au Seigneur? »

À qui pourriez-vous me comparer, qui pourrait être mon égal ? – dit le Dieu Saint. Levez les yeux et regardez : qui a créé tout cela ? Celui qui déploie toute l’armée des étoiles, et les appelle chacune par son nom. Si grande est sa force, et telle est sa puissance que pas une seule ne manque. Jacob, pourquoi dis-tu, Israël, pourquoi affirmes-tu : « Mon chemin est caché au Seigneur, mon droit échappe à mon Dieu » ? Tu ne le sais donc pas, tu ne l’as pas entendu ? Le Seigneur est le Dieu éternel, il crée jusqu’aux extrémités de la terre, il ne se fatigue pas, ne se lasse pas. Son intelligence est insondable. Il rend des forces à l’homme fatigué, il augmente la vigueur de celui qui est faible. Les garçons se fatiguent, se lassent, et les jeunes gens ne cessent de trébucher, mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles ; ils déploient comme des ailes d’aigles, ils courent sans se lasser, ils marchent sans se fatiguer.

Isaïe 40, 25-31

 

Dans l’épreuve, il nous arrive d’être tentés de penser être abandonnés de Dieu ou, pire, de nous questionner sur son existence même. Comment un Dieu qui est Amour, Tout-Puissant de surcroît, peut-il laisser ses serviteurs, Job étant le plus illustre, devenir la proie d’un mal qui les frappe indistinctement, sans qu’il n’y ait de faute de leur part ?  C’est là considérer l’histoire, son histoire, avec des yeux trop humains. L’intelligence de Dieu est insondable. « Ce qui est faible dans le monde, Dieu l'a choisi pour confondre ce qui est fort; ce qui dans le monde est vil et méprisé, ce qui n'est pas, Dieu l'a choisi pour réduire à rien ce qui est, afin qu'aucune créature ne puisse s'enorgueillir devant Dieu » (1 Co 1, 27-29). Dieu se tait mais souffre en silence avec les faibles et les exclus, quémandant à travers eux l’amour d’un monde qui L’ignore dans sa suffisance. Ce n’est pas parce qu’il n’évite pas l’épreuve à ses serviteurs qu’Il ne les soutient pas pour autant : Il rend des forces à l’homme fatigué, il augmente la vigueur de celui qui est faible. L’apôtre Paul reconnaît ce discret soutien : « Nous sommes pressés de toute part, mais non pas écrasés; ne sachant qu'espérer, mais non désespérés; persécutés, mais non abandonnés; terrassés, mais non annihilés. Nous portons partout et toujours en notre corps les souffrances de mort de Jésus, pour que la vie de Jésus soit, elle aussi, manifestée dans notre corps. (2 Co 4, 8-10). Ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles qui leur permettent de traverser des difficultés où ceux qui n’ont pas ou peu de foi risquent de sombrer dans la désespérance.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je mets et je garde ma confiance en Dieu en toutes choses, particulièrement dans les épreuves que j’endure avec patience, offrant mes souffrances en union avec celles de Jésus crucifié pour le salut des autres, particulièrement ceux qui sont affligés du même mal que celui qui me frappe. Ainsi, je permets à Dieu de tirer d’un mal un bien plus grand encore à la confusion de ses adversaires.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article