Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Saisi de compassion, Jésus étendit la main et le toucha

En ce temps-là, un lépreux vint auprès de Jésus ; il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié. Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. » Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts. De partout cependant on venait à lui.

Marc 1, 40-45

 

Voulons-nous savoir ce qu’est le plus de l’amour ? Regardons Jésus. D’abord, il est saisi de compassion, il ressent en Lui la souffrance physique et psychologique (en raison de l’exclusion à laquelle conduisait la lèpre) du lépreux. C’est cette deuxième souffrance, possiblement pire que la première, qui amène Jésus non seulement à lui tendre la main mais encore à le toucher. Verbe fait chair, Parole efficace du Père, Jésus n’aurait eu qu’à dire « Je le veux, sois purifié. » pour que le lépreux soit délivré de la terrible maladie qui l’affligeait. Mais Il a fait plus, il a fait le plus de l’amour en osant toucher son corps et par le fait même son cœur et son âme. C’est ce plus que les chrétiens authentiques sont appelés à imiter et qui fait d’eux le sel de la terre et la lumière du monde (Mt 5, 13-14), lumière car ils redonnent espérance à ceux que leur malheur avait plongé dans l’isolement et la perte de confiance en la bonté de Dieu et de ses créatures, les hommes.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Quand je rencontre la souffrance, je prends le temps de me laisser toucher par elle, de compatir, souffrir avec, d’écouter, celui qui en est affligé.

                                                             

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article