Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Que devons-vous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ?

Jésus avait rassasié cinq mille hommes, et ses disciples l’avaient vu marcher sur la mer. Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. » Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

Jean 6, 22-29

 

Jésus commence par affirmer le caractère accessoire de l’activité humaine : « Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle ». Il enchaîne en affirmant que les œuvres spirituelles ne valent guère plus, qu’elles ne peuvent, à elles seules nous ouvrir les portes de la vie éternelle, seule la foi en Celui que le Père a envoyé pouvant le faire, la foi en un salut donné gratuitement par Dieu en raison de son Amour miséricordieux manifesté dans la personne de son Fils Jésus Christ et de son sacrifice sur la croix. Attention  cependant, cette miséricorde que nous espérons pour nous, nous devons la manifester aux autres, « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7), et les œuvres, toutes accessoires qu’elles soient, n’en demeurent pas moins essentielles pour garder vivante la foi qui seule sauve : « La foi sans les œuvres est morte » (Jc 2, 17) tout comme le corps ne peut survivre sans nourriture et eau.

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

Je travaille aux œuvres de Dieu, j’accueille la gratuité du salut qu’Il nous offre par l’entremise de son Fils notre Seigneur Jésus Christ. Cette gratuité du salut offert, je la manifeste aux autres en paroles et en actes, notamment en pardonnant comme je souhaite être pardonné. Je compte pour rien mon activité d’autant plus que c’est le Seigneur qui a mis en moi le désir du bien et qui me fournit les moyens de l’accomplir par l’entremise de son Esprit Saint. Me comportant de la sorte j’éviterai de tomber dans les mêmes pièges que le pharisien de la parabole face au publicain (Lc 18, 9-14), du frère aîné face au fils prodigue (Lc 15) ou des ouvriers de la première heure face à ceux de la dernière (Mt 20, 1-16).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article