Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Abram justifié par la foi

 

En ces jours-là, la parole du Seigneur fut adressée à Abram dans une vision : « Ne crains pas, Abram ! Je suis un bouclier pour toi. Ta récompense sera très grande. » Abram répondit : « Mon Seigneur Dieu, que pourrais-tu donc me donner ? Je m’en vais sans enfant, et l’héritier de ma maison, c’est Élièzer de Damas. » Abram dit encore : « Tu ne m’as pas donné de descendance, et c’est un de mes serviteurs qui sera mon héritier. » Alors cette parole du Seigneur fut adressée à Abram : « Ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais quelqu’un de ton sang. » Puis il le fit sortir et lui dit : « Regarde le ciel, et compte les étoiles, si tu le peux… » Et il déclara : « Telle sera ta descendance ! » Abram eut foi dans le Seigneur et le Seigneur estima qu’il était juste. Puis il dit : « Je suis le Seigneur, qui t’ai fait sortir d’Our en Chaldée pour te donner ce pays en héritage. » Abram répondit : « Seigneur mon Dieu, comment vais-je savoir que je l’ai en héritage ? » Le Seigneur lui dit : « Prends-moi une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. » Abram prit tous ces animaux, les partagea en deux, et plaça chaque moitié en face de l’autre ; mais il ne partagea pas les oiseaux. Comme les rapaces descendaient sur les cadavres, Abram les chassa. Au coucher du soleil, un sommeil mystérieux tomba sur Abram, une sombre et profonde frayeur tomba sur lui. Après le coucher du soleil, il y eut des ténèbres épaisses. Alors un brasier fumant et une torche enflammée passèrent entre les morceaux d’animaux. Ce jour-là, le Seigneur conclut une alliance avec Abram en ces termes : « À ta descendance je donne le pays que voici, depuis le Torrent d’Égypte jusqu’au Grand Fleuve, l’Euphrate. »

 

Genèse 15, 1-12, 17-18

 

 

Abram, notre père dans la foi, a été le premier justifié, rendu juste, par celle-ci. Lorsque l’apôtre Paul écrit  « Nous estimons en effet que l'homme est justifié par la foi, indépendamment des œuvres de la loi » (Rm 3, 28), il se situe en continuité du livre de la Genèse. Comment la foi rend-elle juste ? D’abord, elle nous permet de faire la vérité sur nous-mêmes, une créature, de surcroît imparfaite, pécheresse, incapable par elle-même de s’élever vers la fin pour laquelle elle a été créée à savoir retourner vers son Créateur pour vivre en sa compagnie pour l’éternité. Notre nature est pécheresse, certes, mais non moins aimée par le Seigneur. Éclairés par la foi sur la vérité de notre être, humbles, humiliés, mais néanmoins conscients d’être aimés et redevables pour un amour que nous ne pourrons jamais totalement rendre, la moindre des choses consiste à aimer à notre tour en toute gratuité sans espoir de retour comme Dieu, le premier, nous a aimés. Ainsi la foi conduit à l’amour, et cet amour ouvre les portes de la vie éternelle.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je crois. J’aime parce que je crois. Dans la foi et l’amour, je mets ma confiance dans le Seigneur plus qu’en moi-même et j’accueille la gratuité de son Amour et de son salut.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article