Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Cesse d’être incrédule, sois croyant

 

L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

 

Jean 20, 24-29

 

 

Le Seigneur a une connaissance intime de nous-mêmes. Il n’utilise cependant pas cette connaissance à notre détriment pour nous condamner ou pour contraindre notre liberté. Lorsqu’il le fait c’est pour nous amener à une plus grande foi. Jésus n’ignore pas l’incroyance de Thomas mais, plutôt que de lui adresser des reproches, il l’invite à vérifier par lui-même : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

 

Cet épisode est à mettre en parallèle avec un autre événement rapporté par Jean au tout début de son évangile : Jésus vit Nathanaël venir vers lui et il dit de lui: "Voici vraiment un Israélite sans détours." Nathanaël lui dit: "D'où me connais-tu?" Jésus lui répondit: "Avant que Philippe t'appelât, quant tu étais sous le figuier, je t'ai vu." Nathanaël reprit: "Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël." (Jn 1, 47-49). On y retrouve le même doute, « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon? » (Jn 1, 46), et, au terme, une profession de foi similaire.

 

Dieu est Amour. Il cherche à nous attirer à Lui mais ne fait rien qui puisse nous contraindre car cela serait contraire à la relation d’amour qu’Il souhaite établir avec chacun d’entre nous. Prévenant, il pose un regard de miséricorde sur nos faiblesses, notamment notre incrédulité, et nous donne des signes de son amour pour nous.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je prends conscience de l’amour de Dieu pour moi et de la prévenance de sa miséricorde. Si Lui n’essaie pas de me contraindre à croire et à l’ « aimer », je ne cherche pas non plus à Le contraindre, notamment en Lui demandant des signes : « Alors quelques-uns des scribes et des Pharisiens prirent la parole et lui dirent: "Maître, nous désirons que tu nous fasses voir un signe." Il leur répondit: "Génération mauvaise et adultère! elle réclame un signe, et de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. » (Mt 12, 38-39).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article