Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Est-il permis le jour du sabbat de faire le bien ?

 

Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout. Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus.

 

Luc 6, 6-11

 

 

Luc, après avoir rapporté la déclaration de Jésus à l’effet que « Le Fils de l'homme est maître du sabbat » (Lc 6, 5) poursuit sur le même thème en parlant d’un autre événement impliquant Jésus survenu un autre jour de sabbat. Cette fois Jésus guérit un homme dont la main droite était desséchée. À lire le récit, on constate que, si cet homme a la main desséchée, ceux qui observent la scène ont, pour leur part, le cœur desséché. Le jour du sabbat a été institué par Dieu pour libérer l’homme de ses préoccupations afin de le rendre plus disponible à se laisser aimer par Lui et, par la même occasion, à ce qu’il aime en retour son prochain. S’irriter en raison qu’un geste de charité puisse se produire le jour du sabbat, c’est dénaturer celui-ci, le détourner de son but premier qui est l’amour. On voit par ailleurs le non-amour à l’œuvre dans le cœur de ceux qui ont observé le tout et qui discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus. On constate également dans ce récit une manifestation que la prophétie de Syméon est en cours de réalisation : « Vois! cet enfant doit amener la chute et le relèvement d'un grand nombre en Israël; il doit être un signe en butte à la contradiction, afin que se révèlent les pensées intimes de bien des cœurs » (Lc 2, 34-35).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’évalue mes actions et celles des autres sur l’unique critère de l’amour qui les inspire et qu’elles manifestent. Le reste est accessoire, secondaire, non digne d’intérêt. Seul compte l’Amour !

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article