Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Faites attention à la manière dont vous écoutez

 

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous le lit ; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière. Car rien n’est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n’est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour. Faites attention à la manière dont vous écoutez. Car à celui qui a, on donnera ; et à celui qui n’a pas, même ce qu’il croit avoir sera enlevé. »

 

Luc 8, 16-18

 

 

Cette recommandation de Jésus survient, dans l’évangile de Luc,  immédiatement après la parabole du semeur. Elle en constitue la conclusion et l’application pratique. La manière d’écouter la Parole de Dieu c’est avec le cœur, la laisser pénétrer au plus profond de notre être pour qu’elle s’y enracine. Mieux encore, de là, elle doit grandir et déborder au-dehors en gestes d’amour qui manifestent sa présence au plus intime de nous-mêmes: Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous le lit ; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière. Car rien n’est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n’est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour. Telle est la bonne terre, celle qui non seulement entend la Parole mais l’intériorise, non pas uniquement celle qui la laisse prendre racine dans le cœur mais manifeste sa présence au-dehors par des gestes de charité, de miséricorde et de pardon.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

                                                                                                                                                      Je pratique la lectio divina, la lecture de la Parole avec le cœur accompagnée de la prière, de la méditation et de l’oraison, afin que celle-ci s’enracine au plus profond de mon être. Enrichi de la science de l’Amour, je laisse Dieu s’exprimer à travers moi car Il ne m’apprend pas l’art d’aimer pour mon plaisir personnel mais pour le bénéfice du plus grand nombre : car rien n’est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n’est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour. Mon modèle, c’est le Christ, le Verbe incarné. J’aspire à pouvoir dire un jour comme l’apôtre Paul : « ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article