Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

J’étais nu et vous m’avez habillé

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

 

Matthieu 25, 31-46

 

 

Le journal Le Soleil de Québec rapportait le généreux geste d’un hockeyeur professionnel vedette dans son édition du 31 octobre 2017 :

 

Le capitaine des Capitals de Washington croyait qu’il passerait inaperçu, la semaine dernière, dans les rues d’Edmonton. Il voulait aider un itinérant qui grelottait, torse nu, dans les rues de la ville. Il a décidé de lui acheter un chandail, un manteau et un chapeau pour affronter les prochains mois. Le problème? Presque tout le monde, à Edmonton, connaît Alexander Ovechkin. Un loustic a été témoin de la scène. Il s’est fait un devoir d’en parler dans les réseaux sociaux. «N’importe qui aurait fait la même chose à ma place, a commenté un Ovechkin mal à l’aise, devant un journaliste du Edmonton Journal. Tu vois un gars presque nu dans la rue, alors qu’il fait un temps pareil... N’importe qui a le pouvoir de lui venir en aide.»

 

Cet acte charitable illustre bien ce que le Seigneur attend de nous tel qu’évoqué dans le texte ci-haut de Matthieu ou encore dans la parabole du bon samaritain (Lc 10, 25-37). Il s’agit d’un don fait sans aucune attente de retour, plus encore, par un étranger, un russe évoluant pour une équipe représentant une ville adverse de surcroît. Combien ont pu passer leur chemin ce jour-là et ignorer le pauvre hère ? L’illustre hockeyeur aurait pu soulager sa conscience en donnant quelques billets à l’individu en question mais il a fait mieux encore, il a pris le temps d’aller lui acheter lui-même des vêtements, bonifiant son geste du plus de l’amour. On ne peut que souhaiter qu’un tel geste, maintenant qu’il est connu, inspire le plus de gens possible à l’imiter.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je donne par pur plaisir de donner, sans aucune attente de retour, en cette vie ou en l’autre, par pur amour. J’ai également fait une prière en faveur de monsieur Ovechkin afin que le Seigneur lui rende dans l’éternité le bien qu’il a fait selon sa promesse et, pourquoi pas, même dès à présent, en cette vie, en le soutenant dans ses entreprises ?

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article