Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Il s'appellera Jean. Jean est son nom

 

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.

 

Luc 1, 57-66

 

 

Un peu plus tôt dans l’évangile de Luc, aux versets 5 à 25 nous voyons Zacharie réduit au silence parce qu’il a mis un frein au plan d’amour de Dieu par son incrédulité. Ici, nous voyons, pour ainsi dire, le revers de la médaille, alors que la parole lui est rendue pour avoir osé outrepasser l’esprit du monde, « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là!», pour que se réalise la volonté divine exprimée par la bouche de son épouse Élisabeth : «Non, il s’appellera Jean. » Que fait Zacharie de la parole recouvrée ? Il bénissait Dieu. C’est Job à l’envers ! « Dieu a donné, Dieu a repris, que le nom de Dieu soit béni ! » (Jb 1, 21). Ici, Dieu a enlevé, Dieu a redonné, et Zacharie a béni le Dieu qu’il avait rencontré dans le silence. Enfin, notons dans ce récit que Dieu rend manifeste sa volonté par des signes, les miracles, ici la parole rendue, qui viennent authentifier que c’est bien Lui qui s’exprime à travers des personnes ou des événements donnés.  Tous ceux qui apprenaient les événements les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant?» En effet, la main du Seigneur était avec lui.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’ose comme Élisabeth et Zacharie aller à l’encontre de l’esprit du monde pour y manifester la volonté d’amour de Dieu.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article