Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Ne crains pas, moi, je viens à ton aide

 

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ; tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées. Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.

 

Isaïe 41, 13-20

 

 

La crainte, le degré de notre anxiété face à l’imprévu ou l’hostile, constitue la mesure de notre incrédulité en l’existence de Dieu. Si nous avions réellement la foi, la peur cesserait d’avoir une emprise sur nous car le Seigneur notre Dieu nous a assuré à maintes reprises dans les Écritures de sa présence à nos côtés et de son assistance dans le besoin, dont ici en Isaïe : C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » C’est l’Ennemi qui sème la peur dans les cœurs pour chercher à les détourner de Dieu. La peur nous centre sur nous-mêmes et, ce faisant, nous détourne de l’amour qui consiste à donner préséance à Dieu et aux autres. En proie à la peur nous ne pensons plus qu’à sauver notre peau ou, au mieux, celles de ceux qui nous sont chers et proches avec la nôtre. La peur nous incline à chercher à nous sauver nous-mêmes plutôt que d’attendre le salut du Seigneur. Comment éloigner de nous cette crainte qui nous asservit ?  Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je demande le don de la foi, l’accroissement de celle-ci. Je demande ce don par l’intercession de la Vierge Marie qui, tout au long de sa vie terrestre, a cheminé dans la foi. Face à l’inconnu, l’imprévu, l’hostile… elle a conservé sa confiance dans le Seigneur et la joie qu’elle avait mise en Lui : « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon sauveur, parce qu'il a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante…  le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent. » (Lc 1, 46-50).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article