Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Appelés enfants de Dieu – et nous le sommes

 

Bien-aimés, puisque vous savez que lui, Jésus, est juste, reconnaissez que celui qui pratique la justice est, lui aussi, né de Dieu. Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur. Qui commet le péché transgresse la loi ; car le péché, c’est la transgression. Or, vous savez que lui, Jésus, s’est manifesté pour enlever les péchés, et qu’il n’y a pas de péché en lui. Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne l’a pas vu et ne le connaît pas.

 

Première lettre de  Jean 2,29. 3,1-6

 

 

Se reconnaître enfants de Dieu constitue une grâce qui transforme nos existences. Cela implique la foi en l’existence de Dieu, un Dieu qui n’est pas un concept flou, une force ou une énergie, mais une Personne (trois de fait, le Père, le Fils et l’Esprit Saint), un Dieu qui est Amour, un Dieu qui est Père et nous aime personnellement, un Dieu qui est Providence, qui veille sur nous notamment par la Vierge Marie qu’Il a choisie comme porte d’entrée pour que son Fils revête la chair et qu’il nous a donné comme Mère ainsi que par une créature céleste qui se tient à nos côtés, notre ange gardien. Quand nous nous reconnaissons enfants de Dieu (par adoption, il s’entend, seul le Fils l’étant par nature, adoption rendue possible parce que Celui-ci a assumé notre nature pour la rendre capable de Dieu), nous cessons de nous préoccuper des choses de ce monde, nous nous libérons de l’esclavage de la peur, peur de ce qui peut nous arriver en cette vie ou en l’autre et peur de Dieu Lui-même. Quand nous vivons en enfants de Dieu, cela ne nous dispense pas de faire des efforts mais nous donne l’assurance que notre Père nous regarde prêt à intervenir pour nous soutenir, si besoin est et nous faisons appel à Lui ou nous en remettons à Lui en toute confiance. « Ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez; ne vous tourmentez pas. Car ce sont là toutes choses dont les païens de ce monde sont en quête; mais votre Père sait que vous en avez besoin. Aussi bien, cherchez son Royaume, et cela vous sera donné par surcroît. » (Lc 12, 29-31).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je vis en enfant de Dieu, ne me préoccupant pas d’autre chose que d’être transparent de son Amour, de reproduire l’image de son Fils : « ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20), assisté en cela par Marie qui Lui a donné en son sein son image corporelle.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article