Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.

 

En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l’honorera. » Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

 

Jean 12, 20-33

 

 

Les choses visibles nous parlent de l’invisible. Quelle belle image que ce grain de blé tombé en terre qui doit accepter de mourir pour porter beaucoup de fruit pour illustrer qu’il est nécessaire de mourir à soi-même pour porter le fruit de l’amour que le Père céleste espère récolter de nous et ainsi nous rendre aptes au salut qu’il veut nous donner : Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Ce grain de blé tombé en terre dont la mort a porté beaucoup de fruit, c’est d’abord Jésus lui-même dont la mort sur la croix a payé le salaire de notre péché et nous a communiqué son Esprit, l’Esprit Saint, pour nous guider dans les voies de l’amour, pour marcher à sa suite : Si quelqu'un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l’honorera.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’accepte de mourir à moi-même pour aimer davantage et mieux, pour porter le fruit que le Père céleste attend de moi. Pour ce faire, je ne m’impose pas de grands sacrifices mais je suis la petite voie sûre proposée par Thérèse de Lisieux d’accueillir tout ce qui m’arrive, vraiment tout sans exception (c’est dans ce tout que réside la mortification), comme l’expression de la volonté de Dieu sur moi et de Lui en rendre grâces. « Tu ne voulais sacrifice ni oblation, tu m'as ouvert l'oreille, tu n'exigeais holocauste ni victime, alors j'ai dit: Voici, je viens. » (Ps 40, 7-8 repris par He 10, 5-9)

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article