Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Auxiliaires du Christ, intendants des mystères de Dieu

 

Frères, que l’on nous regarde donc comme des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, tout ce que l’on demande aux intendants, c’est d’être trouvés dignes de confiance. Pour ma part, je me soucie fort peu d’être soumis à votre jugement, ou à celui d’une autorité humaine ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me soumet au jugement, c’est le Seigneur. Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

 

Première lettre de Paul Apôtre aux Corinthiens, 4, 1-5

 

 

Auxiliaire : qui aide par son concours (sans être indispensable)

Intendant : personne chargée d’administrer la maison, les affaires et les biens d’un riche particulier. (Dictionnaire Petit Robert)

 

Auxiliaires du Christ, voilà qui décrit très bien notre condition de chrétiens ! Nous aidons par notre concours à la venue du Royaume de Dieu, sans être indispensables. Dieu, dans sa Toute-puissance n’a pas besoin de nous. Cependant, il souhaite passer par des intermédiaires humains pour manifester son amour et sa miséricorde au monde.

 

Intendants : Dieu nous confie les biens tant matériels (dont la maison commune comme le pape François appelle notre planète) que spirituels pour que nous les administrions pour le bien du plan grand nombre, particulièrement ceux qui y ont un accès moindre que nous, les plus petits.

                                                                                                                         

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je médite sur mon rôle dans le plan d’amour de Dieu sur le monde. Je ne m’enorgueillis pas de mes bonnes actions, conscient, d’une part, que je ne suis pas indispensable et, d’autre part, que c’est Dieu qui leur fait porter le fruit qu’il attendait d’elles. Je considère dans quelle mesure je m’acquitte de ma fonction d’intendant en partageant ma bonne fortune avec ceux qui sont moins favorisés que moi, que je fais un usage sobre des biens à ma disposition, dont l’environnement, afin de permettre aux autres et aux générations futures d’en profiter.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article