Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Dieu nous veut libres

 

Frères, il est écrit qu’Abraham a eu deux fils, l’un né de la servante, et l’autre de la femme libre. Le fils de la servante a été engendré selon la chair ; celui de la femme libre l’a été en raison d’une promesse de Dieu. Ces événements ont un sens symbolique : les deux femmes sont les deux Alliances. La première Alliance, celle du mont Sinaï, qui met au monde des enfants esclaves, c’est Agar, la servante, tandis que la Jérusalem d’en haut est libre, et c’est elle, notre mère. L’Écriture dit en effet : ‘Réjouis-toi, femme stérile, toi qui n’enfantes pas ; éclate en cris de joie, toi qui ne connais pas les douleurs de l’enfantement, car les enfants de la femme délaissée sont plus nombreux que ceux de la femme qui a son mari.’ Dès lors, frères, nous ne sommes pas les enfants d’une servante, nous sommes ceux de la femme libre. C’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés. Alors tenez bon, ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage.

 

Lettre de Paul Apôtre aux Galates 4, 22-24.26-27.31, 5.1

 

 

Dieu nous veut libres, car il ne saurait y avoir d’amour sans liberté. Attention cependant l’amour n’en comporte moins des exigences : celles d’agir de manière à être agréables à l’Être aimé ! Puisque ce dernier a fait connaître sa Volonté dans ses préceptes, où est la différence alors ? D’abord, les préceptes constituent des exemples de la Volonté de Dieu, des guides de conduite dans des cas précis. Sont enfants libres de Dieu, ceux qui s’efforcent de se conformer non pas à la lettre des préceptes, mais à l’Esprit d’Amour qui les sous-tend et qui en font même beaucoup plus que ceux-ci, car ils ne représentent que les exigences minimales de l’amour. L’autre différence majeure se situe au niveau de l’esprit dans lequel esclaves et hommes libres agissent. Alors que les premiers agissent par crainte de la punition ou la peur de perdre une récompense ou un privilège, les seconds le font sans attendre d’être payés de retour. Par conséquent, plaire à Dieu ne constitue pas pour les seconds un poids qui les écrase. Jésus est venu nous enseigner à agir en hommes et femmes libres : « Tout m’a été remis par mon Père et personne ne connaît vraiment le Fils, si ce n’est le Père ; et personne ne connaît vraiment le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez ; qui êtes surchargés, et je vous donnerai le repos. Prenez sur vous mon joug et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé et ma charge légère » (Mt 11, 27-30).

                                                                                                                         

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je cherche constamment à agir en toute liberté, par pur amour. S’il m’arrive d’agir dans l’unique but de me conformer aux règles, ce n’est pas par contrainte, mais, comme l’apôtre Paul, en toute liberté, pour ne pas être cause de scandale pour les plus faibles (Rm 14, 1-23).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article