Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Appelés à donner dans la mesure où nous avons reçu

 

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. » Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

 

Marc 12, 38-44

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

« Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? » (1 Co 4, 7). Si nous avons tout reçu de Dieu, nous Lui en sommes donc redevables. Ce n’est que justice que de tout mettre à sa disposition : dons, talents, biens matériels et spirituels. Le Seigneur attend de nous que nous Lui redonnions à la mesure dont nous avons été choyés par Lui. Dans la parabole des talents (Mt 25, 14-31), les serviteurs fidèles font produire à la mesure des talents reçus, l’un cinq, l’autre deux. Nous pensons-nous exempts de redonner parce que nous avons peu reçu ? Rien de tel ! Jésus fait ici l’éloge de la pauvre veuve qui a pris sur son indigence. Dans la parabole des talents, celui qui n’en avait reçu qu’un seul et qui thésaurise pour lui-même se retrouve jeté dehors, là où il n’y a pas d’amour, le lieu des pleurs et des grincements de dents.

 

Ce qui est merveilleux dans le plan d’amour de Dieu est que nous recevons différemment les uns des autres, de sorte que lorsque nous partageons, nous nous enrichissons mutuellement. Se trouverait-il quelqu’un qui n’ait absolument rien ? Ce serait un émissaire du Seigneur qui sollicite notre amour et qui nous paiera Lui-même de retour.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je donne sans compter, à la mesure où j’ai été préalablement comblé par Dieu, à savoir sans mesure.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article