Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Celui qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres

                                                                                                            

Bien-aimés, voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui. Mais en celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection : voilà comment nous savons que nous sommes en lui. Celui qui déclare demeurer en lui doit, lui aussi, marcher comme Jésus lui-même a marché. Bien-aimés, ce n’est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous aviez depuis le commencement. La parole que vous avez entendue, c’est le commandement ancien. Et pourtant, c’est un commandement nouveau que je vous écris ; ce qui est vrai en cette parole l’est aussi en vous ; en effet, les ténèbres passent et déjà brille la vraie lumière. Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a en lui aucune occasion de chute. Mais celui qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres : il marche dans les ténèbres sans savoir où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

 

Première lettre de Jean 2, 3-11

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Amour et non amour ne peuvent cohabiter au sein d’un même cœur. Qui entretient de la rancune, ne serait-ce qu’envers une seule personne, verra petit à petit l’ensemble de ses relations se corrompre. Celui qui souhaite demeurer en Dieu doit marcher comme Jésus lui-même a marché. Dans le chemin du pardon, Jésus nous a précédés Lui qui, crucifié, a intercédé en faveur de ceux qui ont contribué à sa mise à mort : « Père, pardonne-leur: ils ne savent ce qu'ils font » (Lc 23, 33), paroles que nous retrouvons, sans surprise, dans la bouche d’Étienne, premier martyr qui a marché dans les pas de Jésus jusqu’au sacrifice de sa propre vie : « Seigneur, ne leur impute pas ce péché » (Ac 7, 60).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je pardonne. Pour m’aider à pardonner, je prends conscience que l’offenseur ne m’a pas réservé un traitement de faveur, mais qu’il agit d’une manière similaire avec les autres. Je dépersonnalise l’offense. À un deuxième niveau, je constate que ceux qui commettent le mal ne savent pas ce qu’ils font, qu’ils agissent sous l’influence de l’antique Ennemi de l’homme et de son Créateur. Après cela, comment pourrais-je en vouloir à celui qui ne me vise pas personnellement et qui agit inconsciemment sous une influence externe ?

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article