Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’inverse

                                                                                                            

Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis. Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. » Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. » Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat. Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

 

Marc 2, 23-28

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Dieu nous aime et veut notre bonheur. Il a institué le sabbat exactement dans ce but, par amour pour nous, pour que nous puissions passer du temps ensemble en famille et avec nos proches, pour être présents les uns aux autres et nous manifester mutuellement de l’amour. Du temps également, pour que nous puisions à la source de l’Amour, Lui-même, car nous ne pouvons donner ce que nous ne possédons pas. Malheureusement, certains, méconnaissant l’amour, Dieu et ses intentions, ont cherché à faire de cette fête un outil d’asservissement en stipulant une série de règles, interprétations et inventions d’hommes, sur ce qui pouvait être fait ou non en ce jour béni par Dieu. Jésus est venu replacer les choses dans leur contexte : l’homme constitue la finalité des actions et des préceptes divins.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je fais de la personne humaine la fin de mes actions. Par exemple, si j’œuvre dans le secteur des technologies de l’information, je m’efforce de mettre en place des systèmes qui facilitent la vie des travailleurs, les soulage de travaux répétitifs pour s’occuper de tâches plus nobles. Inversement, j’évite d’utiliser la technologie pour asservir les autres, pour contrôler leurs moindres faits et gestes, pour les réduire au rang de simples exécutants, la « machine » pensant à leur place.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article