Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne.

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. Désormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car il vient, le prince du monde. Certes, sur moi il n’a aucune prise, mais il faut que le monde sache que j’aime le Père, et que je fais comme le Père me l’a commandé. »

 

Jean 14, 27-31

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

La paix à la manière du monde réside dans l’absence de cause de soucis pour notre sécurité et celle de nos biens, pour notre santé, pour la nourriture et le logement… La paix qui vient de Dieu relève d’un ordre supérieur, car elle se ressent en dépit de circonstances adverses qui troublent les mondains, elle se vit même en dépit de la privation de besoins jugés essentiels à l’existence. Trouvent la paix de Dieu ceux qui accueillent tout comme venant de sa main ou comme étant permis par Lui, ceux qui accordent une confiance absolue à leur Père céleste convaincus que tout ce qui leur arrive contribuera éventuellement à leur bien ou à celui de leurs proches, à la réalisation du plan d’amour de Dieu sur eux et sur l’humanité. Ils fondent la confiance absolue qui les anime sur les paroles d’Isaïe : « Cieux, criez de joie, terre exulte, que les montagnes poussent des cris, car Yahvé a consolé son peuple, il prend en pitié ses affligés. Sion avait dit: "Yahvé m'a abandonnée; le Seigneur m'a oubliée." Une femme oublie-t-elle son petit enfant, est-elle sans pitié pour le fils de ses entrailles? Même si les femmes oubliaient, moi, je ne t'oublierai pas. Vois, je t'ai gravée sur les paumes de mes mains, tes remparts sont devant moi sans cesse. Tes bâtisseurs se hâtent, ceux qui te détruisent et te ravagent vont s'en aller. » (Is 49, 13-17)

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je trouve la joie et paix de Dieu dans la pensée que j’ai un Père Tout-Puissant qui veille continuellement sur moi et que rien ne peut m’arriver qui ne contribue pas, d’une manière ou d’une autre, à la réalisation de son plan d’amour sur moi et  sur l’humanité. Cette joie et cette paix rien ne les trouble, car elles ne se fondent pas sur les circonstances changeantes du monde, mais sur l’Immuable, Celui qui seul EST, Le même hier, aujourd’hui et à jamais.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article