Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. »

 

Jean 15, 18-21

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

« Qui s’assemble se ressemble », affirme le dicton populaire, laissant entendre que nous avons une tendance naturelle à nous rechercher dans les autres. Son corollaire est également vrai : nous sommes portés à rejeter ceux qui sont différents de nous. Aussi, n’y a-t-il rien de surprenant à voir le monde rejeter ceux qui ne lui appartiennent pas. Ce rejet constitue même une bénédiction pour le spirituel qui a fait le choix fondamental entre Dieu et le monde, Dieu et l’argent (Lc 16, 13), et qui pourrait être tenté par la compromission, par le désir de servir deux maîtres, de préserver la chèvre et le chou. Ainsi, le spirituel qui a fait le choix fondamental de Dieu, de l’Amour, doit-il s’attendre à être rejeté à son tour par le monde duquel ce choix l’a séparé. Il trouve consolation dans ce que le Christ est passé par là le premier, «  Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. », dans ce que le fait d’être rejeté constitue un signe de ce qu’il marche dans les pas de Jésus, que son désir de ressembler à ce dernier est en train de se réaliser.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je me décide pour Dieu, pour l’Amour, et, pour cela, je n’entre pas dans la mentalité des mondains et de leurs relations de pouvoir, conscient que cela m’expose à l’incompréhension, aux moqueries, au rejet même. Quand je souffre le rejet du monde, je m’unis aux souffrances de la passion du Christ qui, avant moi, a connu l’humiliation, le rejet et la mort, et j’offre ce que j’endure pour que l’Amour gagne du terrain en territoire hostile où Il n’est pas connu, pas compris ou pas aimé.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article