Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

La lampe du corps, c’est l’œil

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où il n’y a pas de mites ni de vers qui dévorent, pas de voleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres ! »

 

Matthieu 6, 19-23

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Si c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les paroles injurieuses (Mt 15,19 l’œil est la porte par laquelle ces choses y pénètrent. De l’œil, du regard, naissent les bons comme les mauvais désirs, les jugements aussi. Le spirituel doit cultiver la chasteté du regard, éviter de regarder ce qui pourrait l’inciter à désirer ce qui pourrait constituer pour lui une opportunité de chute, à envier l’autre, à se comparer à lui, à le juger.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je m’efforce de considérer les personnes et les choses avec le regard de Dieu, compatissant pour les personnes, indifférent pour les choses qui ne sont pas des fins en elles-mêmes, mais des moyens. Je cultive la chasteté du regard pour garder la porte de mon cœur et empêcher d’y entrer ce qui pourrait l’inciter à se détourner de la volonté d’amour de Dieu.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article