Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Le royaume, un filet qui ramène toutes sortes de poissons

 

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : «Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » « Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui ». Jésus ajouta : « C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. » Lorsque Jésus eut terminé ces paraboles, il s’éloigna de là.

 

Matthieu 13, 47-53

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Le bon et le moins bon sont appelés à se côtoyer tant que nous serons en pérégrination sur cette terre. Gardons-nous bien de juger les uns comme les autres et nous-mêmes, car, d’une part, il s’agit d’un privilège divin et, d’autre part, il est prématuré et hasardeux de prédire dans quel état chacun terminera son aventure terrestre, rien n’étant immuable jusqu’à ce que nous ayons rendu notre dernier souffle. L’incertitude de cette issue est évoquée par Jésus dans la parabole de l’ivraie et du bon grain où le maître de la maison empêche ses serviteurs de séparer l’ivraie du bon grain avant le moment de la récolte « de peur qu'en ramassant l'ivraie vous ne déraciniez le blé avec elle » (Mt 13, 24-30). La bonne opinion des autres et de nous-mêmes n’en est pas moins dommageable, si celle-ci doit conduire au piège de se reposer en route et faire encourir le risque de ne point se rendre au terme. Inversement, considérons-nous les autres ou nous-mêmes comme mauvais, ne désespérons pas et ayons recours à la divine miséricorde pour qu’elle nous aide à changer le cours dans lequel nous sommes engagés.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je ne tiens rien pour acquis tant pour moi-même que pour les autres. J’évite de juger les autres et moi-même. J’en appelle à la miséricorde de mon Père céleste pour qu’Il m’aide à me relever quand je chute et je fais de même en faveur des autres lorsqu’eux aussi viennent à tomber. Je me garde de la présomption de me penser rendu quand je suis toujours en marche : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. » (Mt 25, 13)

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article