Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Se préoccuper davantage de notre fin que de la Fin

 

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. » Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. » Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

 

Luc 21, 5-19

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Mettons d’abord une chose au clair : personne ne peut prétendre connaître le moment de la fin des temps, attribut exclusif du Père que Jésus dit lui-même ignorer : « Quant à la date de ce jour, ou à l'heure, personne ne les connaît, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, personne que le Père. » (Mc 13, 32). Dans ce contexte, Jésus nous conseille sagement de ne considérer que notre propre fin, l’héritage que nous toucherons, la vie dont nous jouirons si nous persévérons dans les voies de l’Amour lors de notre séjour terrestre. Aimer, pour l’unique motif que Dieu le premier nous a aimés. Aimer en toute confiance, sans peur, car nous avons un Père miséricordieux qui veille sur nous, et un frère, le Fils, qui se tient à nos côtés : vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer… pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. Quant aux prophètes de malheur, ce sont souvent des charlatans qui cherchent à exploiter la vulnérabilité par la peur. Mieux vaut ne pas leur prêter attention : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux ! » Il peut arriver que des personnes ayant le réel souci des âmes agitent le spectre d’une fin prochaine pour amener ceux qui se sont détournés du plan d’amour de Dieu à vivre une vie qui soit plus conforme à l’Amour qu’ils sont invités à accueillir dans leur vie et à répandre autour d’eux. Eh bien ! L’expérience démontre que les changements de comportement initiés par tels procédés ne perdurent pas et, qu’une fois leur peur estompée, les convertis « de force » retournent à la case départ ou, pire, retombent plus bas encore. Qu’on se le dise et le redise : la peur est toujours mauvaise conseillère, possiblement davantage encore au plan spirituel. Suivons donc l’exhortation de Jésus reprise par Jean-Paul II au début de son pontificat : « N’ayez pas peur ! » (Jn 6, 20).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je cherche à exclure la peur des motifs qui influencent mon agir, car il y a incompatibilité entre peur et amour, la peur asservissant alors que l’amour présuppose la liberté. Comme l’Amour est ma fin, il n’y a pas place pour la peur.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article