Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement

                                                                                                                         

En ce temps-là, Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles parce qu’elles étaient désemparées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. » Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. »

 

Matthieu 9,35-38.10,1.5.6-8.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

L’amour s’exprime dans la gratuité, gratuité du don de soi, certes, mais également gratuité de l’accueil du don que l’autre fait de lui-même. L’amour ne saurait exister également sans liberté, celle du donateur qui agit sans aucune forme de contrainte et qui respecte celle du destinataire duquel il n’espère pas être payé de quelque manière de retour. Liberté de celui qui reçoit aussi, qui ne se sent pas obligé de quoi que ce soit envers celui qui s’est montré généreux à son égard.

 

La liberté et la gratuité caractérisent l’amour de Dieu et celui de son Fils, Jésus, venu nous le révéler et nous servir de modèle à imiter pour manifester la ressemblance du Père céleste que nous portons en nous. « Lorsque tu donnes un déjeuner ou un dîner, ne convie ni tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins, de peur qu'eux aussi ne t'invitent à leur tour et qu'on ne te rende la pareille. Mais lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles; heureux seras-tu alors de ce qu'ils n'ont pas de quoi te le rendre! » (Lc 14, 12-14). « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Et si vous réservez vos saluts à vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 46-48).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Lc 10, 25)

 

J’aime et je me laisse aimer en toute gratuité et en toute liberté.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article