Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Trouver son chemin de Damas

 

En ces jours-là, Paul dit au peuple : « Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais élevé ici dans cette ville, où, à l’école de Gamaliel, j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères ; j’avais pour Dieu une ardeur jalouse, comme vous tous aujourd’hui. J’ai persécuté à mort ceux qui suivent le Chemin du Seigneur Jésus ; j’arrêtais hommes et femmes, et les jetais en prison ; le grand prêtre et tout le collège des Anciens peuvent en témoigner. Ces derniers m’avaient donné des lettres pour nos frères de Damas où je me rendais : je devais ramener à Jérusalem, ceux de là-bas, enchaînés, pour qu’ils subissent leur châtiment. Donc, comme j’étais en route et que j’approchais de Damas, soudain vers midi, une grande lumière venant du ciel m’enveloppa de sa clarté. Je tombai sur le sol, et j’entendis une voix me dire : “Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?” Et moi je répondis : “Qui es-tu, Seigneur ? – Je suis Jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes.” Ceux qui étaient avec moi virent la lumière, mais n’entendirent pas la voix de celui qui me parlait. Alors je dis : “Que dois-je faire, Seigneur ?” Le Seigneur me répondit : “Relève-toi, va jusqu’à Damas ; et là on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.” Comme je n’y voyais plus rien, à cause de l’éclat de cette lumière, je me rendis à Damas, conduit par la main de mes compagnons. Or, Ananie, un homme religieux selon la Loi, à qui tous les Juifs résidant là rendaient un bon témoignage, vint se placer près de moi et me dit : “Saul, mon frère, retrouve la vue.” Et moi, au même instant, je retrouvai la vue, et je le vis. Il me dit encore : “Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir celui qui est le Juste et à entendre la voix qui sort de sa bouche. Car tu seras pour lui, devant tous les hommes, le témoin de ce que tu as vu et entendu. Et maintenant, pourquoi tarder ? Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés en invoquant son nom.” »

 

Livre des Actes des Apôtres 22,3-16.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Nous avons tous un chemin de Damas à parcourir, des idées préconçues et erronées sur Dieu et sa volonté dont nous devons être libérés. Vingt siècles plus tard, il y en a encore qui persécutent à mort ceux qui ne partagent pas leur vision de Dieu, un Dieu qu’ils méconnaissent puisqu’Il est Amour et Miséricorde. Sans en être dans une situation aussi extrême, nous avons tous du chemin à parcourir pour espérer toucher l’héritage de la vie éternelle à laquelle nous aspirons. Cela, Jésus l’affirme clairement lorsqu’il dit : « parmi les enfants des femmes, il n'en a pas surgi de plus grand que Jean le Baptiste; et cependant, le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui. » (Mt 11, 11). Quel que soit le chemin parcouru ici-bas, nous avons besoin que notre Père céleste nous prenne dans ses bras pour nous élever dans ses bras miséricordieux pour nous élever dans son Royaume. Non seulement le secours divin nous est-il nécessaire au terme, mais encore dès maintenant où, sans le secours de sa grâce et de l’Esprit Saint qui en est le dispensateur, nous n’avancerons pas d’un iota ou, si nous y arrivons, de manière négligeable. Dieu en un instant, par grâce, par pur amour, peut nous faire avancer plus qu’en toute une vie et même plusieurs vies. Pourquoi alors faire des efforts si tout est grâce ? Pour nous disposer à recevoir la grâce, pour toucher le cœur de notre Père qui, comme le disait Thérèse de Lisieux, voyant nos efforts répétés de petits enfants qui essaient vainement de lever le pied pou gravir la prochaine marche de l’escalier de la perfection, se laisse attendrir et nous prenne dans ses bras pour nous y faire monter. C’est là l’expérience de Paul qui ne négligeait rien pour Dieu qui s’est laissé toucher par ces efforts, en dépit qu’ils ne fussent pas orientés vers la bonne fin, et a transformé Paul en un instant.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Lc 10, 25)

 

Je reconnais humblement que tout bien, toute vertu, vient de Dieu et que je dépense inutilement mes efforts en voulant les acquérir par moi-même. Je reconnais également que mes efforts seront tout aussi vains, sinon plus, pour faire avancer les autres sur le chemin du salut éternel. En conséquence, je m’en remets à la Miséricorde divine de laquelle j’attends tout et à laquelle je m’efforce d’apporter la collaboration de mes négligeables efforts, qui sont néanmoins nécessaires parce que Dieu souhaite que nous collaborions avec Lui.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article