Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Prière de la reine Esther

 

En ces jours-là, la reine Esther, dans l’angoisse mortelle qui l’étreignait, chercha refuge auprès du Seigneur. Se prosternant à terre avec ses servantes du matin jusqu’au soir, elle disait : « Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob, tu es béni. Viens à mon secours car je suis seule, et je n’ai pas d’autre défenseur que toi, Seigneur. Car je vais jouer avec le danger. Dans les livres de mes ancêtres, Seigneur, j’ai appris que ceux qui te plaisent, tu les libères pour toujours, Seigneur. Et maintenant, aide-moi, car je suis solitaire et je n’ai que toi, Seigneur mon Dieu. Maintenant, viens me secourir car je suis orpheline, et mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion ; fais que je trouve grâce devant lui, et change son cœur : qu’il se mette à détester celui qui nous combat, qu’il le détruise avec tous ses partisans. Et nous, libère-nous de la main de nos ennemis ; rends-nous la joie après la détresse et le bien-être après la souffrance. »

 

Esther 4, 17

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

On retrouve dans la prière de la reine Esther tous les éléments qui rendent agréable une telle démarche aux yeux du Seigneur et, conséquemment, qui accroissent la susceptibilité que les demandes qui y sont formulées se voient exaucées. Au premier chef, il y a l’humilité de la demanderesse qui reconnaît ne rien pouvoir par elle-même et s’en remet entièrement et avec confiance au Seigneur de qui elle attend tout : « Viens à mon secours, car je suis seule, et je n’ai pas d’autre défenseur que toi, Seigneur. Et maintenant, aide-moi, car je suis solitaire et je n’ai que toi, Seigneur mon Dieu. » De plus, sa démarche ne vise pas des intérêts personnels, mais ceux du bien commun, le bien de tout un peuple qui, au surplus, se trouve à être le peuple de Dieu.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Lc 10, 25)

 

Quand je m’adresse au Seigneur, je m’inspire de la reine Esther : je le fais avec humilité, avec confiance, je confie au Seigneur mes inquiétudes et laisse à son entière discrétion la manière et le moment d’y répondre. Enfin, je veille à ce que mes demandes ne visent pas uniquement mes intérêts propres, mais je les étends au plus grand nombre, lorsqu’il s’agit d’une situation personnelle ou celle de proches, j’intercède du coup pour tous ceux qui vivent une situation similaire de par le monde.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article