Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger

 

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

 

Matthieu 11, 28-30

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

L’amour est à la fois exigeant et accommodant : exigeant, car il requiert de tout donner, accommodant, car il ne demande pas plus que ce que la personne est en mesure d’offrir. L’amour est un joug puisqu’il a des exigences, mais ce joug est léger, car celles-ci ne dépassent nos capacités. Mieux encore, si cet amour puise sa source en Dieu, ce dernier vient au secours de notre faiblesse (Rm 8, 26) et nous donne, notamment par son Esprit Saint, la capacité de réaliser les désirs qu’Il a insufflés en notre cœur. On dit de l’amour qu’il est aveugle, car rien ne détourne son attention de son objet, pas même les difficultés qui, loin de réfréner ses ardeurs, ne font qu’affermir sa détermination à satisfaire son objet. Ce focus de l’amour rend son fardeau léger à supporter pour qui s’en charge.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je prends sur moi le joug que Jésus m’impose, le double commandement de l’amour, celui de Dieu et du prochain. Quand j’accepte de me charger de ce joug, je trouve le repos pour mon âme, car telle est la fin pour laquelle j’ai été appelé à l’existence, la seule chose en laquelle je puisse trouver une complète satisfaction. Ce joug est léger parce que Jésus est à mes côtés pour m’aider à le porter, parce qu’il compatit à mes faiblesses et qu’il me soutient par sa grâce pour surmonter ces dernières. Je mets en pratique ces deux maximes d’Augustin d’Hippone : « Aime et fais ce que tu veux » et «  Seigneur, donne-moi ce que Tu me demandes et demande-moi ce que Tu me donnes ». Je demeure ainsi sans souci.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article