Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Nous portons un trésor comme dans des vases d'argile

 

Frères, nous portons un trésor comme dans des vases d'argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous. En toute circonstance, nous sommes dans la détresse, mais sans être angoissés ; nous sommes déconcertés, mais non désemparés ; nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis. Toujours nous portons, dans notre corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps. En effet, nous, les vivants, nous sommes continuellement livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre condition charnelle vouée à la mort. Ainsi la mort fait son œuvre en nous, et la vie en vous. L’Écriture dit : ‘J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé.’ Et nous aussi, qui avons le même esprit de foi, nous croyons, et c’est pourquoi nous parlons. Car, nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous. Et tout cela, c’est pour vous, afin que la grâce, plus largement répandue dans un plus grand nombre, fasse abonder l’action de grâce pour la gloire de Dieu.

 

Deuxième lettre de Paul Apôtre aux Corinthiens 4,7-15.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Dieu se manifeste à travers le voile de la faiblesse humaine. Plus la personne est faible et humble, plus Dieu est incliné à manifester sa Toute-puissance à travers cette dernière, car toute explication, tout mérite et toute gloire ne pourront tirer leur origine et leur destination qu’en Dieu.

 

Gardons-nous de mépriser un seul des petits, car à travers eux Dieu quémande de l’eau, de la nourriture, des vêtements, notre attention, notre temps… bref notre amour. « Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. » (Mt 25, 40). Évitons de nier la présence de Dieu dans les autres en raison de l’humilité de leurs origines ou de la faiblesse de leur nature mise en évidence par défauts manifestes : « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon? » (Jn 1, 46). Inversement, prenons garde d’imputer le mérite de bonnes œuvres, petites ou grandes, aux personnes ou à nous-mêmes alors qu’elles tirent leur origine du seul Bon (Lc 18, 19), du Seigneur.

 

« Le Seigneur m'a déclaré: "Ma grâce te suffit: car la puissance se déploie dans la faiblesse." C'est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ. C'est pourquoi je me complais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les détresses, dans les persécutions et les angoisses endurées pour le Christ; car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » (2 Co 12, 9-10), fort de la grâce de Dieu dont la puissance se déploie dans la faiblesse.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je ne désespère pas de moi-même et de mes faiblesses, j’en rends même grâce au Seigneur, car ces dernières me maintiennent dans l’humilité, vertu essentielle pour que l’Amour puisse accomplir ses œuvres à travers moi, à travers le vase d’argile que je suis.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article