Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Faire mémoire, un acte d’amour

Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité, il a fait de lui une image de sa propre identité. Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde : il visitera ses élus.

Livre de la Sagesse 2,23.3,1-6.9.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Garder quelqu’un d’autre présent à sa mémoire constitue un geste d’amour, car cela requiert de sortir de nous-mêmes et de nous élever au-dessus de nos préoccupations du moment pour faire place aux autres dans notre esprit. Cet amour est d’autant plus significatif lorsque son objet est distant, défiant les lois de la sagesse populaire : loin des yeux, loin du cœur. Faire mémoire de ceux qui nous ont précédés dans la foi et l’amour, c’est reconnaître leur apport à ce que nous sommes et entrer en communion avec eux. Cet acte de mémoire inspiré par l’amour était présent chez l’apôtre Paul ainsi qu’en fait foi le début de sa lettre à son disciple Timothée : « Je rends grâce à Dieu que je sers, à la suite de mes ancêtres, avec une conscience pure, lorsque, sans cesse, nuit et jour, je fais mémoire de toi dans mes prières… J'évoque le souvenir de la foi sans détours qui est en toi, foi qui, d'abord, résida dans le cœur de ta grand-mère Loïs et de ta mère Eunice et qui, j'en suis convaincu, réside également en toi. » (2 Tm 1,3.5).

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

Je fais mémoire de ceux qui m’ont précédé dans l’au-delà. J’honore leur mémoire en cherchant à reproduire un trait de leur personnalité qui caractérisait la manière dont l’amour de Dieu se manifestait à travers eux : la gentillesse de l’un, la délicatesse d’un autre, l’absence de jugement du prochain chez un troisième… Enfin, j’intercède en faveur de ceux dont la capacité d’aimer s’est montrée insuffisante pour que Dieu les élève immédiatement auprès de Lui après leur passage dans l’éternité et qui sont engagés dans le processus de purification de leur amour afin de leur permettre de se tenir éventuellement en présence de Lui. Tout geste posé en faveur des défunts représente un acte d’amour, car, d’une part, ce dernier porte le sceau de la gratuité, ceux-ci ne pouvant nous payer de retour et, d’autre part, parce que ceux qui sont en attente ne peuvent plus rien faire pour que s’accroisse leur amour si ce n’est attendre le temps de Dieu, temps que nous avons la possibilité d’abréger en suppléant par des gestes d’amour posés en leur faveur.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article