Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’ Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’ Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

Luc 18, 9-14

 

Nous avons tous besoin d’être sauvés. Penser le contraire, refuser la gratuité du salut offert en vertu de l’infinie Miséricorde de Dieu, c’est se refuser à l’Amour et s’exclure du salut proposé quelque droite que puisse avoir été notre existence préalable. L’amour n’est pas que donner, c’est aussi et même d’abord recevoir, dans le cas de la vie spirituelle accueillir l’amour de Dieu pour, par la suite, le redistribuer. Comment recevoir peut-il être de l’amour ? J’illustrerai mon propos par un exemple, celui d’un parent qui accueille avec une grande joie le gribouillis de son petit enfant et qui l’expose fièrement comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art. Ces gribouillis, ce sont nos œuvres, et la seule chose qui puisse leur donner de la valeur aux yeux de notre Père céleste, c’est l’amour dont nous avons pu les imprégner. La parabole dont il est ici question a trouvé sa réalisation concrète lors de la passion alors que le larron qui confesse son iniquité et s’en remet à la Miséricorde (« Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal… Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume » (Lc 23, 40-41)) est devenu, de facto, de ce fait,  un homme juste : « En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Lc 23, 42).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Humblement, je me reconnais pécheur, incapable d’accéder, par ma propre industrie ou de « supposés mérites », au salut auquel j’aspire, dans lequel je puis tout de même espérer en raison de l’insondable miséricorde de Dieu. Cette Miséricorde, j’y fais notamment appel dans la fréquentation régulière du sacrement de Réconciliation en lequel Dieu restaure ma capacité à aimer blessée par le péché.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article